ActuNautique.com

Vendée Globe - François Gabart pulvérise le record aux Sables d'Olonne

A 15h18, le jeune skipper français sur Macif a coupé la ligne d'arrivée devant plusieurs milliers de spectateurs et dans une ambiance exceptionnelle, pulvérisant le record en 78 jours, 2 heures, 16 minutes et 40 secondes !

 

 

Initialement, ce dimanche 27 janvier ne laissait rien présager d’exceptionnel aux Sables d’Olonne.

 

Un temps d’hiver avec pluie, vent et température frisquette au programme. Mais ça, c’était avant. Avant que François Gabart vienne réchauffer les cœurs. Si l’arrivée du vainqueur du Vendée Globe n’est prévue qu’en début d’après-midi, à terre, l’effervescence commence doucement à monter. Dès 10 heures, Valérie Fourneyron, ministre des Sports, mais aussi Kito de Pavant, Jérémie Beyou ou Louis Burton sont déjà là pour partir accueillir en mer le nouveau héros du Vendée Globe. Marc Guillemot, Roland Jourdain, Titouan Lamazou, Thomas Coville, les marins du Vendée Globe, les marins de tous bords sont là. Ils savent trop bien ce que gagner un tour du monde en solitaire signifie. Dans le village, le public arrive petit à petit. Certains, comme Martine et Eric, sont déjà en place, adossés sur les barrières de sécurité afin de ne rien manquer de l’arrivée au ponton : « Nous avons fait le déplacement depuis Le Mans. C’est génial d’être ici et nous serons aux premières loges pour féliciter François Gabart ».

 

arrivee-Macif-Vendee-globe.JPG

 

Dans le port, les bateaux aux couleurs de la MACIF sont légion. A coup de slogan en l’honneur de François, les sociétaires du célèbre groupe d’assurances font monter la pression en attendant l’arrivée de leur protégé. Les visages sont souriants, symbole d’un réel bonheur partagés par tous. Les cornes de brume sonnent, les applaudissements et les chants retentissent. Le bateau Macif et son jeune skipper se rapprochent de la ligne d’arrivée.

 

La foule devient plus compacte. Il est 14 heures. Le vent mollit, l’heure d’arrivée ne fait que reculer. Peu importe, tout le monde le sait bien, la voile est un sport où rien n’est prévisible ! Les yeux rivés sur l’écran géant, le public attend dans une ambiance électrique. Le chenal est bondé, les banderoles tapissent les digues : « Seigneur des bateaux, François Epouse-moi, Bravo François ». Des slogans de bonheur… 15h18 et des poussières, Macif coupe la ligne d’arrivée d’un tour du monde mythique réalisé en moins de 80 jours. Complètement fou….

 

Le moment le plus fort, on s’y attendait, reste la lente remontée du chenal. Acclamé par la foule, François est ému. Le public aussi. La clameur retentit, la foule crie son admiration. De l’avis des habitués des arrivées du Vendée Globe, celle de François transpire l’émotion. Probablement une des plus belles arrivées. C’est beau le retour d’un marin qui revient de loin et qui a parcouru les océans de notre imaginaire…

 

Photo - VINCENT CURUTCHET / DPPI / Vendée Globe

 

Partager cet article

Commenter cet article