ActuNautique.com

Volvo Ocean Race - c'est parti pour l'étape 6, direction Miami

L’étape 6 est partie hier à 19h00 heure française d'Itajaí vers Miami, et les Américains de PUMA ont rapidement pris les devants pour une étape de 4800 miles qui devrait durer 14 jours environ. 

 

Après six bords disputés à partir de 19h heure française dans 15 à 20 nœuds de vent de sud, les cinq concurrents ont salué Itajaí.

 

Prochaine étape : Miami, en Floride. Avec PUMA Ocean Racing, un équipage américain tellement motivé qu’il a pris la tête de la course et avait déjà creusé son avance au moment de doubler la dernière marque avant le large. Derrière lui, Telefónica, respectivement suivi de CAMPER with Emirates Team New Zealand, Abu Dhabi Ocean Racing et Groupama sailing team.

 

Mauvais départ, choix de voile malheureux (code zéro) : après leur victoire hier sur la course In-Port DHL, les Français ont moins bien entamé cette sixième étape. Mais peu après la dernière bouée, ils avaient déjà dépassé Abu Dhabi Ocean Racing.

 

volvo-ocean-race-depart-bresil.JPG

 

L’enjeu de ces 4800 milles entre Brésil et Etats-Unis, ce sont les 30 points destinés au vainqueur. L’enjeu, c’est de se rapprocher de Telefónica, leader au général – voire de le détrôner. Avec 16 points d’écart entre les Espagnols et les Français, deuxièmes, tout est possible ! 

 

Surtout que les conditions de cette étape s’annoncent favorables à Groupama : de premières heures de course relativement calmes, au reaching dans une quinzaine de nœuds de sud-est. 

 

« Je pense qu’on peut profiter de cette étape, » confiait le skipper Franck Cammas avant le départ. « Les conditions sont bonnes, avec beaucoup de reaching. C’est bon pour l’équipage, bon pour le bateau, et on peut gérer ce Volvo Open 70 au mieux dans ces conditions. »

 

Mais il n’y a pas que PUMA, Telefónica et Groupama qui sont dans la bagarre. CAMPER, troisième au général, a soif de victoire après une cinquième étape compliquée logistiquement. 

 

« Ça va être une étape coriace, tous les bateaux sont durs à battre, » confie le co-skipper kiwi Stu Bannatyne. « La course s’annonce en trois temps, avec un début et une fin séparés par les alizés. 

 

« On s’attend à 14 jours environ, la moitié du temps qu’on a passé en mer sur l’étape précédente. On a hâte d’y être. »

 

Abu Dhabi, enfin, aura hâte de faire ses preuves après son exploit technique à l’escale, une réparation de coque importante réalisée en moins de 48 heures. Team Sanya, qui rejoindra la course à Miami, n’était pas au départ. 

Partager cet article

Commenter cet article