ActuNautique.com

Volvo Ocean Race - l'audace paie pour Groupama, qui repasse en tête

Si lors de la première étape de cette Volvo Ocean Race, la route choisie par le voilier français Groupama s'était finalement révélée contre-productive, il semble que l'audace paie enfin dans cette seconde étape, récompensant la prise de risques et l'imagination de Franck Cammas.

Ce mardi, Groupama a en effet repris la tête de la course, une situation rendue possible par le choix d'une route bien plus à l'est que celle de ses 5 compétiteurs.

"On est heureux. On était confiant dans notre positionnement", a déclaré Cammas mardi lors d'une vacation radio. "On savait qu'il y avait une super ouverture dans le sud et on s'y est engouffré". 

Peu après le départ du Cap le 11 décembre dernier, Groupama 4 a plongé dans le sud puis s'est déporté à l'est avant de remonter vers le nord, touchant du vent plus tôt que les cinq autres VO70.

« Je rends hommage aux Français parce qu’ils n’ont pas cédé, sont allés dans leur option et on dirait que ça paye, en tout cas pour le moment. » Ken Read, le skipper de PUMA Ocean Racing, s’incline devant la stratégie de Groupama. 



La semaine dernière, le navigateur Jean-Luc Nélias et le skipper Franck Cammas ont pris la décision de descendre au sud pour contourner un thalweg tenace qui les bloquait à l’entrée de l’Indien. Ils se sont glissés de l’autre côté samedi soir, quelques heures avant le reste de la flotte, restée au milieu. Conséquence : ils ont pu mettre le cap au nord-est plus tôt et ont gagné dans l’est. 

« Tous les logiciels de routage nous ont donné l’illusion qu’on pourrait pousser à travers ce front, » continue Read. « Je rends hommage aux Français parce qu’ils n’y ont pas cru et ont pris le problème en main. »

Groupama.JPG


Depuis dimanche, depuis que la flotte progresse dans les alizés, l’option de Groupama leur a permis de grignoter des milles sur leurs concurrents. 

150 milles au vent de Telefónica, le bateau français touche des vents plus stables, profite d’un meilleur angle à 80 degrés du vent et d’une mer moins formée. Il avance au reaching à 18, 22 noeuds de vitesse, quelques noeuds plus vite que les autres. 

Telefónica, PUMA, CAMPER with Emirates Team New Zealand et Abu Dhabi Ocean Racing sont toujours bloqués au près dans des alizés affectés par une dépression qui se déplace dans leur ouest. 


Alors, forcément, ça marche : à 07h00 UTC ce matin, Groupama est passé en première position. Interrogé sur son avance lors d’une vacation vidéo ce midi, Cammas a tempéré un enthousiasme évident.   



« On est heureux. Il y a beaucoup de sourires sur les visages quand les classements tombent en ce moment !

 Mais il faut gagner des milles tant qu’on peut, en engranger sur cette partie qui nous est favorable. Il nous reste 40 heures dans ces conditions avant les zones aléatoires comme le Pot-au-Noir. On pousse au maximum. »


Situation plus difficile en revanche pour Team Sanya. À 08h07 UTC, le navigateur Aksel Magdahl a informé la direction de course que le bateau suspendait la course, suite à une avarie dans une partie vitale du gréement.  
 Le bateau s'est dérouté vers Madagascar pour mettre en place une opération de secours. 

Partager cet article

Commenter cet article