Yachting Art Magazine

Fairline Yacht annonce 240 suppressions de postes

Le constructeur britannique Fairline Yachts annonce 240 suppressions de postes, du fait de l'impact de la crise du Covid, mais aussi du fait des règles de quarantaine mises en place par le gouvernement Johnson. Des règles dénoncées par l'ensemble des acteur industriels britanniques.

Fairline Yacht annonce 240 suppressions de postes

C'est le 5 juin que les salariés du chantier Fairline Yachts ont appris la mauvaise nouvelle.

Les effectifs de Fairline Yachts vont ainsi fondre de près de la moitié, avec les 240 suppressions de postes annoncées par la direction du site de construction de motoryachts basé en Oundle

Fairline, qui construit des yachts de 33 à 68 pieds, répartis sur 3 gammes de modèles, - F Line, Targa et Squadron - sur deux sites industriels, Hythe et Oundle (Peterborough), employait jusqu'à présent 450 salariés, sachant qu'une première vague de licenciements - 40 postes - avait été conduite en septembre dernier.

Le plan de restructuration annoncé chez Fairline concernera les différents départements du chantier, qui jusqu'à présent avait mis 320 de ses salariés en chômage technique.

Durant le dernier trimestre, Fairline serait parvenu à construire 15 yachts, 6 étant actuellement en cours de production, soit un volume nettement insuffisant pour pérenniser la structure actuelle.

Cette situations est d'autant plus difficile que la quarantaine mise en place en Grande-Bretagne empêche les clients de venir voir leur bateau, ce qui constitue un frein supplémentaire au redémarrage de l'activité, et concrétise une nouvelle fois la gestion calamiteuse de l'épidémie en Grande-Bretagne.

Au terme de son processus de restructuration, Fairline Yachts devrait compter environ 210 salariés, soit son effectif de l'année 2017. 

Les difficultés de Fairline ne sont pas toutes dues au Covid, loin s'en faut, mais aussi à un problème d'organisation industrielle, la gestion de 2 sites de production n'optimisant pas les processus de construction de yachts et l'offre produit ayant longtemps souffert face à une concurrence féroce. Le chantier avait déjà été placé en faillite fin 2015, avant d'être repris par un investisseur russe début 2016, qui a permis de relancer la marque avec un audacieux plan produit.

Partager cet article