Yachting Art Magazine

Le Français Eric de Seynes, premier non-japonais nommé à la présidence de Yamaha Motor Europe

Jusqu'à présent Operational Director (COO) de Yamaha Europe, Eric de Seynes, par ailleurs président du conseil de surveillance du groupe de luxe Hermès - dont il est l'un des héritiers - vient d'être nommé à la présidence européenne du groupe japonais.

Eric de Seynes. © Laurent Benchana/ Yamaha Motors France

Eric de Seynes. © Laurent Benchana/ Yamaha Motors France

Parcours sans faute pour Eric de Seynes, le nouveau patron-pilote de Yamaha Europe. 

Operational Director - COO - de Yamaha Motor Europe depuis 2015, Éric de Seynes avait été nommé le 25 mars 2016, Executive Officer de Yamaha Motor Corporation (Japon), une première pour un Groupe industriel japonais qui ouvrait cette distinction d’Executive Officer à un européen, poste historiquement réservé aux dirigeants de nationalité japonaise.

Une grande première pour un groupe japonais

En prenant la tête de Yamaha Motor Europe, le Français ouvre une nouvelle voie, car jamais encore un « non japonais » n’avait dirigé un continent.

Cette nomination n'a surpris personnes chez Yamaha France, dont Eric de Seynes fut le président de 2010 à 2014, tant le manager fut apprécié à la tête de la filiale française, qui consacre un homme engagé et un homme de passion oeuvrant sans relâche au développement de la mobilité et des technologies du deux-roues en Europe et dans le Monde, à leur intégration dans la société et au soutien de la compétition, laboratoire des innovations de demain.

Homme de terrain, Eric de Seynes teste les produits dans le cadre de leur développement - une démarche à laquelle il tient et qui l'aura conduit à refuser un poste de direction générale dans l'automobile où c'est quasiment impossible - va à rencontre des filiales et des concessionnaires de tous les pays d’Europe pour comprendre les spécificités et les attentes de chacun, car les attentes sont différentes à travers les 41 pays contrôlés et animés par Yamaha Motor Europe.

Homme engagé et animé par la volonté de rationaliser les outils de production, Eric de Seynes a activement défendu le projet de modernisation de MBK Industrie, l’usine française du groupe Yamaha, afin qu’elle puisse produire pour le monde entier, des motos de grosses cylindrées et ses best-sellers, notamment les scooters XMAX 125 , XMAX 300 et XMAX 400.

Homme de passion, Eric de Seynes aura vu sa carrière nourrie et guidée par sa passion pour l'aventure et la compétition : bajas - rallye-raid avec deux Dakar, un rallye de Tunisie qu’il termine 3e amateur - nombreuses participations pendant 20 ans à des compétitions de vitesse et d'endurance, participation à des courses automobiles Classic …

Un parcours hors-normes

Jeune diplômé de l'ESLSCA Paris Business School, ses premiers pas en entreprise l’ont immédiatement conduit sur les circuits, que ce soit au marketing et au motorsport de Mobil Oil, qu'en tant que directeur du sponsoring de la Seita.

C’est là qu’il observe les pilotes, comprend les talents qui font les grands champions et rencontre Jean-Claude Olivier, le patron-pilote de Yamaha Motor France.

Entre les deux hommes, une autre aventure se tisse, humaine celle-ci, entre le patron qui a installé Yamaha en France et celui qui lui succédera un jour à la tête de Yamaha Motor France et qui ira défendre au-delà des frontières françaises, leur vision commune du deux-roues, des valeurs qu’il véhicule et de l’impact économique qu’il représente.

On peut dire que l’objectif est atteint aujourd’hui par Éric de Seynes qui devient président d’une entreprise dont le chiffre d’affaires consolidé s'établit à 1,7 milliard d’euros en 2017 et positionne l’entreprise à la place de N°1 du marché européen pour les motos et les moteurs hors-bords, et dans les trois premiers constructeurs sur l’ensemble des autres marchés sur lesquels le groupe japonais se positionne  : scooters, quads, voitures de golf, motoneiges, bateaux, marine-jets …

Partager cet article