Yachting Art Magazine

Nautisme - le Groupe Bénéteau victime d'une cyberattaque

Depuis hier, vendredi 19 février 2021, le groupe Bénéteau, numéro deux mondial des bateaux de plaisance, qu'il s'agisse de voiliers, de bateaux à moteur ou de catamarans (Bénéteau, Jeanneau, Prestige, Lagoon, Excess Catamarans, Four Winns, Wellcraft...), est victime d'une cyberattaque. Cet acte de terrorisme économique affecte ses différents sites français, que ce soit en Vendée ou à Bordeaux.

Nautisme - le Groupe Bénéteau victime d'une cyberattaque

Ce matin, le Groupe Bénéteau a confirmé au magazine ActuNautique Yachting Art être victime d'une cyberattaque, une première pour le français, mais pas dans le nautisme en France, puisque le chantier Fountaine-Pajot, numéro deux mondial du marché des catamarans de plaisance, basé pour sa part à La Rochelle, avait été victime d'une telle attaque au mois de juin 2020, qui avait fortement affecté ses opérations, bloquant sa production pendant une dizaine de jours, le chantier ayant dû son salut à des sauvegardes physiques, stockées hors site - à l'ancienne - un excellent réflexe d'industriel.

C'est dans la nuit de jeudi à vendredi que l'attaque informatique concernant le Groupe Bénéteau aurait été découverte, par les services de sécurité de l'entreprise, qui ont immédiatement stoppé les connexions, afin de limiter la diffusion de l'attaque.

En stoppant ses systèmes informatiques, le Groupe Français a fait chuter son système téléphonique - personne n'était alors joignable - son extranet le connectant à ses concessionnaires et distributeurs, et son CRM interne, qui gère tous les systèmes d'information et de production. Une décision lourde de conséquences mais indispensable pour comprendre l'ampleur de l'attaque.

Les équipes informatiques du Groupe Bénéteau, épaulées par des spécialistes extérieurs oeuvrent depuis lors à indentifier les problèmes, à estimer les éventuels les dégâts générés, avant d'entamer une restauration des services, ce qui nécessitera sans doute beaucoup de temps, le groupe indiquant que les spécialistes mobilisés "doivent procéder à une analyse précise de l'ensemble du système, afin de déterminer ce qui est touché et ce qui ne l'est pas, ce qui est très long à réaliser".

Si vendredi, les différents sites de production du groupe ont pu poursuivre à peu près normalement leurs opérations, étant pourvues en pièces et consommables, le début de semaine devrait être plus difficile, avec l'arrêt des systèmes informatiques, notamment ceux relevant de la supply chain.

Le groupe a d'ailleurs demandé à ses opérateurs de production de ne pas venir travailler lundi, jour ou un premier communiqué de presse officiel pourrait être diffusé, comme l'a indiqué le groupe au magazine ActuNautique Yachting Art

Une enquête de Gendarmerie a été ouverte, suite à une plainte déposée par le groupe industriel.

Abonnez-vous à ActuNautique Yachting Art Weekly


Partager cet article