Yachting Art Magazine

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Lancé en 2020, le navire amiral de la gamme des cap camarat de Jeanneau est impressionnant à plus d’un titre.  Montez à bord pour un essai en mer !

Alors, oui, autant le reconnaître d’emblée, il existe des métiers plus pénibles que celui qui consiste à essayer, en plein confinement, la console centrale la plus rapide du marché français, j’ai nommé le Jeanneau cap Camarat 12.5 WA sur un plan d’eau varois !

The beast

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Jeanneau a mis à notre disposition quelques-uns des bateaux de sa gamme aux fins d'essais. 

Ils sont rangés au port Santa-Lucia de Saint-Raphaël, les uns à côté des autres, comme à la parade. Celui qui attire immédiatement le regard de tous est dans conteste le Cap Camarat 12.5 WA, le flagship de la gamme !!

Open, très typé sport de 39’ (11,93 m) de longueur sur près de 4 m de largeur pour 10 tonnes, disposant de 3 moteurs yamaha de 300 HP pour un total de 900 HP, le Cap Camarat 12,5 W impressionne depuis le quai et fait tourner les têtes, un “headturner” diraient les anglo saxons. 

Il y a de quoi se tenir, heureusement !

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

L’accès à bord se fait via les deux longues plateformes de baignade arrière, celle de bâbord permettant un accès direct au cockpit et une solide main courante.

Les taquets arrière sont montés sur les plateformes ce qui oblige à se baisser pour amarrer le bateau, mais nous doutons que la cible marketing souffre d’arthrose de la hanche !
Une fois à l’intérieur, beaucoup de mains courantes… Tiens tiens, serait-ce un signe des possibilités de ce bateau ? Doit-on porter un casque ?

On peut se tenir aux banquettes arrières, à la cuisine, aux poteaux carrés du hard top ou aux hauts francs-bords, puis, en circulant vers l’avant, au montant de pare-brise et aux très solides balcons, qui courent d’avant en arrière depuis le poste de pilotage.

Depuis un catway, on peut entrer en utilisant la porte de coupée, bien pratique.

Le franc-bord bâbord du cockpit s’abaisse sur une paire de vérins créant ainsi une terrasse basculante latérale qui renforce le côté “beach club flottant” du joujou. Mais le beach club, ce n'est pas pour aujourd'hui !

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Contact !

Enfin, côté discrétion, oubliez la définitivement lorsque démarrent les 3 moteurs, qui, à la moindre sollicitation, produisent un bouillonnement télé derrière le bateau, que l’on pourrait penser à l’explosion d’une grenade anti sous-marine…

Équipé d’un propulseur qui peut être couplé aux moteurs via un joystick pour rendre les manœuvres de port plus aisées, le Jeanneau Cap Camarat 12,5 WA dispose aussi d’une direction électrique qui fluidifie considérablement les manœuvres. Les trois moteurs pèsent plus de 700 kg…

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Aux commandes, assis, la visibilité est bonne mais contrecarrée par les montants de contreventement du T-Top mais la position de conduite est parfaite même si, compte tenu de mon 1,92 m, je prends le vent dans le visage. Aucune importance, on est sur un open, et j’adore ca !

Debout, le T-Top me gêne. Mais les performances de cet engin conduisent naturellement le pilote à le conduire assis. 

900 HP, c’est brutal, très brutal. Un coup de gaz trop violent en avant, sans prévenir vos passagers, et on peut perdre quelqu’un ! C’est probablement pour cette raison que Jeanneau a soigné, à ce point, les possibilités de se tenir pour les passagers. C’est sage, vu les performances du bateau…

Puissance et maîtrise… automatiques !

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Il ne reste ce matin, du mauvais temps, d’hier, qu’un clapot inférieur à 1 m.

Aux commandes de cet étonnant Cap camarat 12,5 WA, on l’oublie totalement. Il déjauge dès 17 nœuds et une vitesse de croisière de 25 nœuds reste très sereine.

Le bateau ne tape pas, il reste absolument insensible à cette perturbation... 

C’est un peu comme si on autorisait, en boxe, un combat opposant un poids mi-mouche et un poids lourd. C’est à peine si l’un sentirait les coups de l’autre !

Lancer à pleine vitesse dans le clapot Le Cap Camarat 12,5 WA reste imperturbable. On accroche ainsi dans ces conditions la vitesse maximale de 45 nœuds, sans taper, dans le confort. La puissance est telle que l’on reste instinctivement sur ses gardes, pour éviter une erreur.

Mais le bateau n'est pas piégeur, ainsi, le système automatique de conservation d'assiette zip wake, permet de se passer totalement des réglages de trim.  Ainsi, à fond de train, on se surprend à être surpris de l'absence de surprise d’autant que le 12,5 WA vire serré sans trop perdre d’assiette.

Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Débauche de puissance, look ravageur, sensations permanentes, ces caractéristiques digne d’un offshore des années 1980 sont adoucies par une débauche de systèmes qui, s’ils n’assagissent pas la bête, permettent d’en profiter en toute sécurité. Et si, d’aventure, vous redoutiez son caractère brûlant, sachez la la climatisation de cockpit est en option !

 

Prix de la version essayée 460.284 € TTC

Avantages : 

  • Facilité d’usage
  • Equilibre naturel
  • Polyvalence d'utilisation
  • Performances

Inconvénients :

  • 300 L/h à plein régime
  • Peu discret
  • Protection limitée
Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020
Hors-Bord - Essai du Jeanneau Cap Camarat 12.5 WA 2020

Partager cet article