ActuNautique.com

L'étonnant rapport d'enquête sur l'accident du porte conteneurs Mol Comfort

L'étonnant rapport d'enquête sur l'accident du porte conteneurs Mol Comfort

Le porte conteneurs nippon s'était brisé en deux en mer d'Oman ; le rapport d'enquête passe sous silence l'utilisation d'aciers spéciaux !

Les rapports d'enquête relatifs aux accidents maritimes sont généralement riches d'enseignements, qui permettent de mutualiser des expériences, afin d'améliorer pratiques et connaissances.

Dans le cadre de l'accident du porte conteneurs MOL Comfort, le rapport d'enquête semble plutôt ressembler à une accumulation de conjectures et de bons conseils, qui évite d'aborder la seule question intéressante : la responsabilité des aciers spéciaux utilisés dans la construction de ce navire, et leur rôle exact dans sa rupture !

En juin 2013, le MOL Comfort, un porte conteneurs de 316 mètres et 8100 boîtes, appartenant à la compagnie Mitsui OSK (MOL), construit chez Mitsubishi en 2007 pour la compagnie AP (APL Russia), s'était brisé en deux, en mer d'Oman, dans des conditions de mer non exceptionnelles, à savoir des vagues de 5 mètres dans une mer agitée.

Les images du navire avaient fait le tour de la terre, les spectateurs attérés découvrant à cette occasion un navire qui semblait "mou".

Selon le rapport d'enquête, le MOL comfort s'est brisé, suite à la rupture de sa poutre maîtresse et des panneaux de coque adjacents. Il n'émet à ce niveau là que des recommandations sur les calcults de résistance de la coque, en fontion des forces latérales : rien de bien neuf donc sous le soleil.

Rien en particulier n'est dit, sur l'utilisation d'aciers à très haute limite élastique, nomenclaturé YP47, mis en oeuvre pour la première fois sur ce navire, ainsi d'ailleurs que sur ses 6 sisterships !

Au vu de la déformation du navire, la réalité de cette "haute limite élastique" ne peut sembler que suspecte !

Lors du lancement du MOL Comfort, le sidérurgiste (Nippon Steel) et Mitsubishi avaient vanté les mérites de cette technologie ayant donné lieu à cette série de 7 navires.

Des navires dont les coques étaient plus minces que celle de portes conteneurs classiques équivalents, ce qui a pu entraîner des ruptures, comme l'a souligné le rapport d'enquête.

Rien donc sur les aciers à haute élasticité de Nippon Stell mais une certitude : le chantier Mitsubishi fait l'objet d'une procédure de la part de la compagnie Mitsui OSK.

Saura t-on un jour la vérité ?

Il est à noter que suite à l'accident de son navire, l'armement nippon a décidé, avant même tout rapport d'enquête, de faire renforcer la structure centrale des 6 sisterships du MOL Comfort, à savoir les MOL Competence, MOL Creation, MOL Charisma, MOL Celebration, lMOL Courage et MOL Commitment.

Partager cet article

Commenter cet article