ActuNautique.com

Déroulé de l'incendie et de l'évacuation du paquebot Boréal aux Falkland

Déroulé de l'incendie et de l'évacuation du paquebot Boréal aux Falkland

Maritime, Pêche & Fluvial - ActuNautique revient sur l'incendie en salle machine du paquebot Boréal qui a conduit à son évacuation et à la mise en sécurité de ses passagers et de son équipage.

Mercredi 18 novembre, alors qu'il effectuait une croisière de 16 jours, débutée dimanche à Ushuaia vers Les Malouines, la Géorgie du sud et la péninsule antarctique, un feu d’origine technique s’est déclaré à bord du paquebot de luxe Boréal de la compagnie française Ponant. 

L’incident a été maîtrisé et le navire a été évacué par précaution par son commandant. Lors de cet incident, aucun blessé n'a été à déplorer, tant parmi les passagers que parmi les membres d'équipage.

L’équipage et les équipes de la société Ponant se sont ensuite mobilisés pour organiser ce week-end, le rapatriement en France de l'ensemble des passagers à bord de vols affrétés par la compagnie.

Hier, en fin de journée, les passagers du Boréal ont été accueillis à Roissy par le président de Ponant à leur arrivée à l'aéroport.

Le paquebot Boréal est actuellement à quai dans le port militaire d’East Cove, au sud de Port Stanley, la capitale des Falkland, où les services techniques de la compagnie évaluent les réparations nécessaires.

L’Austral, présent dans la zone, poursuit sa croisière en Antarctique.

Un incendie en salle des machines

Le 18 novembre, le  paquebot Le Boréal était positionné au large des Malouines au moment où un feu d’origine technique, s’est déclaré dans un compartiment de la salle des machines, privant Le Boréal de sa propulsion.

Immédiatement, les procédures de lutte contre le feu ont été mises en œuvre par l’équipage, entraîné à ce type de situation. Comme l’ont expliqué les autorités britanniques, Le Boréal se situait à proximité du cap Dolphin, à l’ouest des Malouines, au moment du départ de feu.

Il y avait donc potentiellement un risque d’échouement, la côte n’étant qu’à quelques milles. Le commandant Etienne Garcia a alors jeté l’ancre du Boréal sur un plateau sablonneux pour assurer un solide point de mouillage et stopper immédiatement la dérive du navire.

Pour faciliter les opérations de lutte contre le feu, circonscrit à la salle des machines par l’équipage, et ne prendre aucun risque au cas où la situation viendrait à se dégrader, le commandant a décidé d’évacuer préventivement les passagers et le personnel non nécessaire à l’intervention d’extinction.

Cette manœuvre d’évacuation préventive a débuté une fois Le Boréal au mouillage.

Les opérations d'assistance et d'évacuation

Selon les dispositifs internationaux en vigueur, le Commandant a prévenu les autorités britanniques présentes aux Falkland. Celles-ci ont décidé de dépêcher d’importants moyens aériens, avec notamment quatre hélicoptères, dont deux Sea King.

Ces derniers ont procédé à l’hélitreuillage de 12 passagers vers la base militaire de Mount Pleasant.

A leur retour, toutes les procédures d’évacuation classiques étaient déjà menées à bien.

Les deux tenders du Boréal avaient été mis à l’eau avec à bord 129 et 118 personnes, alors que deux embarcations de sauvetage gonflables (rafs) accueillaient 66 membres d’équipage, dans l'attente de l'arrivée imminente de L'Austral, autre navire de la compagnie, qui faisait
route vers eux.

Hormis les 12 passagers hélitreuillés et emmenés par l’armée à la base de Mount Pleasant, les passagers et équipages ont alors directement embarqué, sous la direction de l’équipage, depuis les tenders et les rafs à bord de L’Austral.

Une fois accueillis à bord de L’Austral, passagers et équipages ont passé la nuit du 18 novembre à bord du navire qui a fait route vers Port Stanley, capitale des Malouines, où ils ont passé les nuits du 19 novembre et 20 novembre, avant d'être rapatriées vers la France.

La situation bord du Boréal

Tandis que les opérations de transbordement des passagers avaient lieu, l'équipage du paquebot s'est assuré que le feu était circonscrit et qu'il ne reprendrait pas. 

11 membres d'quipages sont resté à bord, le commandant Garcia, 9 officiers et un élève, qui se sont chargés de assuré la sécurité du bateau, toujours privé de propulsion, et ont préparé son remorquage, assuré par le Giessenstroom, l’un des deux remorqueurs affrétés par le ministère britannique de la Défense et basés à Port Stanley.

Les services techniques de la compagnie ont lancé des investigations qui permettront d'évaluer les réparations nécessaires, qui seront effectuées dans un port disposant des infrastructures nécessaires, comme par exemple Punta Arenas, Valparaiso ou encore Montevideo.

Construit en Italie aux chantiers Fincantieri d'Ancône, le Boréal est un paquebot de luxe de petite taille : 142m de long pour 132 cabines.

Partager cet article

Commenter cet article