ActuNautique.com

Deux paquebots portugais bloqués à Marseille - et vogue la galère...

Dans l’effervescence et la séduction déployées lors des manifestations nautiques, on en oublierait presque que le secteur n'est pas au mieux de sa forme, même en France, où les dégâts sont toutefois moindres que chez nos voisins.

 

Le blocage dans le port de Marseille, de deux navires de croisière pour impayés, que nous apprenons aujourd’hui, vient nous le rappeler de manière aussi cruelle qu’inopportune, alors que la rentrée nautique et ses fastes bat son plein. 

 

Articles dithyrambiques sur des paquebots toujours plus performants, luxueux et spacieux, auto-louanges des croisiéristes, programmes toujours plus individualisés et... mutisme et la presse magazine grand public  - souvent de la partie - devant la réalité qui se cache bien souvent au coeur des soutes de ces géants des mers.  

 

Certes les difficultés financières des uns ou des autres n’enlèvent rien à la beauté de la ligne d'un navire, quoique le style immeuble flottant - en vogue - ne fasse sans doute pas beaucoup rêver les amoureux de la mer et de la plaisance !

 

Princess-Danae.jpg

 

Elles n’enlèvent rien non plus au plaisir d’une croisière organisée, mais il n’est peut-être pas indécent de rappeler de temps en temps que les tempêtes financières ont aussi des conséquences notamment sociales, sur des gens qui ont toujours été malmenés, non seulement par les intempéries, mais aussi par les aléas financiers. 

 

Rappelons juste, pour cette année, la polémique suscitée après le naufrage du Costa Concordia, de manière générale, sur les conditions de travail des marins de beaucoup de ces immeubles flottants : horaires sans limites, mauvaises conditions de travail, et parfois obligation de verser un droit d'entrée pour avoir le droit de travailler... 

 

Qui s'est ému de ces trois ferries marocains, bloqués à Sète pendant plusieurs mois, blocage qui a entrainé le non-paiement des salaires de 200 marins ?

 

Aujourd'hui, ce sont deux paquebots de croisière portugais qui sont immobilisés à Marseille pour cause de saisie conservatoire suite à des impayés, le MV Athena et le Princess Danae. Ces impayés concernent des factures de carburants mais aussi, pour le Princess Danae, des salaires de l’équipage. Conséquence directe : plusieurs centaines de membres d’équipages sont bloqués dans le port de Marseille. Sans parler des passagers...

 

De manière générale, dans ce type de situation, les marins, venant du bout du monde et tenant à leur poste, restent sur place malgré l'absence de salaire et les affres de l’attente et du désœuvrement, qui ne sont pas forcément plus faciles à supporter que la surcharge de travail.

 

Quasi-esclaves quand il y a du travail, variable d’ajustement quand il n’y en a pas, ce malheur discret et chronique passe souvent inaperçu pour le client qui réceptionne une marchandise ou effectue un trajet ou une croisière.

 

Ce « côté obscur » du travail des équipages  est d’autant plus pesant pour les personnes concernées et leurs familles que la crise, elle, est générale, et ne leur permettra pas forcément de rebondir…

 

Suite du dossier => Paquebot Princess Danae : les dessous du rêve...

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Ann Honyme 01/03/2013 17:09

Bonjour, j'ai passé 3 semaines en Août 2011 sur le Princess Danaé, sur une croisière du Canada au Portugal en passant par le Groenland, l'Islande, l'Irlande. Je tiens à préciser que j'ai auparavant
été aux Marquises sur l'Aranui3, aux Lofoten sur un bateau Hurtigruten dans les années 2000, sur le Ponant en 2003 de la Réunion aux Seychelles, sur le Diamant dans les Antilles, sur le Star
Clipper dans les îles grecques... bref, je crois pouvoir comparer.
D'origine portugaise, j'ai pu aussi dialoguer avec le personnel majoritairement portugais en 2011, lors de la traversée de l'Atlantique Nord.
1) le bateau n'était absolument pas en mauvais état, les cabines encore moins. Il a été refait en partie dans les années 2000, et les 2 ponts supérieurs "à l'ancienne" sont parfaits pour la
croisière à mon avis.
2) Le personnel était content de la variété des destinations, et de l'accompagnement fait par les affrêteurs, je me souviens avoir discuté avec le chef du bar qui avait travaillé chez MSC, Costa,
etc. avant de revenir 8 ans après chez CIC, car le travail était moins "à l'américaine" et au pourboire, la clientèle âgée n'étant pas toujours facile mais le grand nombre de clients fidèles
étaient ce qui les motivaient aussi.
3) Ce qui est dommage c'est que le travail de l'armateur grec décédé en mai 2012 à Lisbonne ait été fichu par terre en 2 mois par ses 2 fils jumeaux qui ont préféré se disputer le magot tout de
suite, au final ils ne gardent qu'un bateau sur les 5 avec une faillite générale et 500 employés au Portugal qui ne retravaillerons jamais pour eux + en France NDS voyages qui s'est trouvée par
terre en un mois faute de trésorerie alors qu'ils n'y étaient pour rien.
4) Je suis très heureux d'apprendre que 4 des 5 bateaux viennent d'être rachetés par un entrepreneur portugais sérieux, car cela me donne l'espoir de revoir naviguer ces bateaux à taille humaine,
mais adaptés à des budgets plus modestes qui sont désormais les miens.
5) PS: le capitaine à l'été 2011 avait été remarquable, nous expliquant au Groenland par exemple les choix possibles compte tenu de la météo ou autre, il avait fait des détours pour nous montrer
des icebergs en pleine mer incroyables, et je me souviendrais longtemps d'une entrée et sortie du grand Fjord Est par brouillard, avec les marins à l'avant se relayant pour indiquer où étaient les
bourguignons (Growlers en anglais), car les pilotes danois ne servaient à pas grand chose m'avait dit le capitaine vu leur taux en aquavit à l'embarquement au Canada...
L'interview de Georges Potamanios de 2007 ici est révélatrice du positionnement de ses bateaux = http://lmcshipsandthesea.blogspot.fr/2007/02/george-potamianos-and-cic.html

Voilà mon opinion, je souhaite aux travailleurs ex-CIC de retrouver un travail sur les 4 bateaux qui viennent d'être rachetés, et à d'autres français ou européens de faire des croisières aussi
belles et instructives que celles que j'ai faites avec eux dans le passé.
PS: une photo de ce bateau au Groenland en 2011 dans la baie de Tisaliq faite par un croisiériste photographe remarquable est ici = http://www.panoramio.com/photo/61507385 ainsi que d'autres photos
du Groenland.