Yachting Art Magazine

Deux pétroliers attaqués dans le Golfe d’Oman, des explosions à bord

Deux pétroliers, norvégien et japonais, ont été la cible ce jeudi 13 juin d’une attaque d’origine indéterminée dans le Golfe d’Oman, au large de Fujaïrah (Emirats Arabes Unis). La Vème Flotte américaine, basée à Bahreïn, a annoncé avoir reçu deux appels de détresse, tôt dans la journée. Ces attaques – peut-être dues à un torpillage – ont entraîné une hausse des cours du pétrole de 3 %. 

Deux pétroliers attaqués dans le Golfe d’Oman, des explosions à bord
Deux pétroliers attaqués dans le Golfe d’Oman, des explosions à bord

Deux pétroliers ont été attaqués aujourd’hui dans le Golfe d’Oman ; plusieurs explosions auraient retenti à bord des navires, qui ont pris feu. Les membres d’équipage des deux navires ont été secourus et débarqués en Iran. 

Le Front Altaïr, un pétrolier de la compagnie norvégienne Frontline, a déclaré avoir été touché par une torpille au large de la ville de Fujaïrah, aux Emirats Arabes Unis, d’après le journal Tradewinds

L’agence de presse iranienne Irna a annoncé en fin de matinée que le Front Altaïr a coulé, mais cette information n’a été confirmée par aucune autre agence. Le Front Altaïr contient 75 000 tonnes de naphte, un hydrocarbure inflammable. 

Le pétrolier Front Altaïr n’a pas coulé, a affirmé à l’AFP le directeur général de la compagnie Frontline, propriétaire du navire. « Je peux confirmer que le navire n’a PAS coulé », a écrit Robert Hvide Macleod dans un SMS à l’AFP. Les 23 membres d’équipage sont « tous en sécurité », a-t-il précisé.

La Direction norvégienne des affaires maritimes a confirmé que le tanker Front Altaïr avait été attaqué ce matin entre les E-A-U et l’Iran, avec trois explosions signalées à bord, sans aucun blessé à déplorer. 

« Aujourd’hui, le 13 juin à 06 h 03, le Front Altaïr, navire battant pavillon des Marshall, a été attaqué entre les Émirats et l’Iran », indiquent les autorités maritimes norvégiennes dans un communiqué. « Trois explosions sur le navire ont été signalées. L’équipage est monté à bord d’un navire qui passait et ne serait pas blessé ».

Le Kokuka Courageous, un pétrolier japonais sous pavillon panaméen naviguant dans la même zone, a également été la cible d’une attaque. 

D’après la journaliste Katie McQue, le « Kokuka Courageous est un chimiquier qui s’est chargé à Jubail et se rendait à Singapour. Il a été touché en même temps que le Front Altaïr, juste avant 6h du matin ». Sa cargaison de méthanol est intacte, et ses 21 membres d’équipage ont été sauvés après l’abandon du navire. 

« Notre équipage a effectué des manœuvres pour tenter d’échapper aux attaques, mais trois heures plus tard il a été de nouveau attaqué », a déclaré Yutaka Katada, le président de la compagnie maritime BSM Ship Management (Singapour) à la presse japonaise. « Les membres d’équipage ont estimé qu’il était dangereux de rester sur le bateau et ont utilisé des canots de sauvetage pour s’échapper ».

Une personne a été « légèrement blessée » dans l’incident sur le Kokuka Courageous. Le navire « demeure dans la zone et ne risque pas de couler », a annoncé la compagnie BSM. 

La Vème Flotte américaine a annoncé avoir reçu des appels de détresse des deux pétroliers attaqués dans le golfe d’Oman. « Nous sommes au courant d’une attaque signalée contre des pétroliers dans le golfe d’Oman », a déclaré dans un communiqué la Vème Flotte, basée à Bahreïn. « Des forces navales américaines dans la région ont reçu deux appels de détresse distincts, à 6h 12 locales et un second à 7h 00 locales […] Des navires américains sont dans la zone et prêtent assistance ».

Les équipages des deux pétroliers impliqués sont indemnes ; ils ont été repêchés par des navires iraniens et débarqués en Iran. Téhéran a parlé dans un premier temps « d’accident » et indiqué avoir porté secours à « deux tankers étrangers » dans le Golfe d’Oman. Le pays a exprimé ses « inquiétudes » quant à ces « incidents suspects ». 

« 44 marins ont été sauvés des eaux par une unité de secours de la Marine de la province d’Hormozgan et transférés au port de Bandar-é Jask », rapporte l’agence Irna. 

Ces attaques ont eu lieu à une heure d’intervalle, à 25 et 28 milles nautiques de la ville de Bandar-é Jask, précise Irna, tandis que la télévision iranienne a diffusé des images des deux navires en feu. 

Mohammad Javad Zarif, le ministre des Affaires étrangères iranien, juge suspecte la coïncidence entre ces « attaques » et la visite en Iran du Premier ministre japonais Shinzo Abe. 

« Le mot suspicieux ne suffit pas à décrire ce qui transpire apparemment » de ces « attaques » contre des « tankers liés au Japon survenues alors que le Premier ministre japonais rencontrait » le Guide suprême iranien à Téhéran, a-t-il écrit sur Twitter.

Les cours du pétrole ont augmenté de 3 % suite à ces annonces. Le 12 mai dernier, quatre navires (deux saoudiens, un émirati et un norvégien) avaient été endommagé par des actes de « sabotage » attribués à l’Iran par l’Arabie Saoudite et les Etats-Unis.

Les autorités maritimes norvégiennes ont appelé les navires du pays à faire preuve de « vigilance et prudence élevées » dans la zone. « Même si la toile de fond de ces attaques n’est pas totalement claire, la Direction des affaires maritimes conseille, après l’épisode d’aujourd’hui, de se tenir jusqu’à nouvel ordre à bonne distance des eaux iraniennes ».  

Partager cet article