ActuNautique.com

Verbatim Nautisme - L'administration d'Etat ne fait que freiner l'activité de la plaisance

ActuNautique a rencontré François Goulard, président du Conseil Départemental du Morbihan, très remonté contre l'administration d'Etat, qui ne fait que freiner, selon lui, le développement de la plaisance, ne comprenant en rien son potentiel de développement économique et sa capacité à créer des milliers d'emplois sur tout le territoire...

Verbatim Nautisme - L'administration d'Etat ne fait que freiner l'activité de la plaisance

François Goulard, vous assumez pleinement vos positions et tenez des propos très durs, contre l'appareil d'Etat, dans le domaine de la plaisance... notamment !

"L'administration en général freine l'activité, dans tous les domaines ! Moi, c'est ce que je constate pour le déplorer. C'est de pire en pire, et en particulier pour la plaisance, où il y a une accumulation de règles, de normes, que l'on ne rencontre pas ailleurs !! Une entreprise de la plaisance, elle est soumise au droit du travail français, au droit de l'environnement français, à leur application tatillonne, et elle a déjà, par rapport à ses concurrents, plus de difficultés ! En zone littorale, on a évidemment, beaucoup plus de règles qu'ailleurs ! Il y a notamment la Loi Littorale, qui empêche très souvent de réaliser une infrastructure qui serait nécessaire pour le développement de l'activité nautique. Moi, ce que je fustige, c'est l'attitude de l'administration dont la mission à ses yeux, est d'appliquer la règle dans toute sa rigueur, une rigueur qui est souvent délirante, avec des exemples qui touchent parfois au burlesque ! Sur l'ïle d'Hoëdic, l'administration a ainsi prétendu que les toilettes du port ne devaient pas forcément être au bord de l'eau. Qu'il fallait donc les éloigner du rivage, alors que notre projet était paysagé et totalement intégré... Le seul problème sur Hoëdic, qui est une petite île, c'est que si on s'éloigne d'un rivage, on se rapproche forcément d'un autre rivage !! Vous imaginez le coût en études, en contre-études, en bureaux d'étude...

Ceci pour illustrer l'attitude de l'administration à mettre toute son énergie à empêcher, car il y a toujours une règle pour empêcher, au lieu de faire une application intelligente, qui ne devrait pas empêcher de faire des choses utiles et qui ne nuisent pas à l'environnement, mais au contraire d'aider à les faire, car la plaisance, ce sont des activités qui sont par nature protectrices de l'environnement ! On ne fait pas des usines au bord de l'eau !! On fait des activités de loisir, des clubs de voile et de paddle, des activités qui peuvent être très esthétiques, la preuve, c'est que les Français en demandent ! Ils viennent voir les ports, ils viennent voir les bateaux ! S'ils trouvaient ça hideux et polluant, ils ne seraient pas là !!

Il y a un vrai plébiscite de l'activité nautique par les Français, et en parallèle, une attitude de l'administration, du niveau local et au niveau national, qui consiste à entraver, à retarder le développement phénoménal qui pourrait être celui de la plaisance.

Sur une cinquantaine d'année, l'attitude de l'Etat et de l'administration a totalement changé. Aujourd'hui, l'administration d'Etat n'a plus rien à faire, sauf à appliquer des règles ! Autrefois, cette même administration, notamment de l'Equipement, construisait, faisait des routes, des ports, des bâtiments scolaires. L'attitude de ses agents était une attitude positive, de constructeurs, de développeurs, vraiment impliqués dans la vie réelle. Aujourd'hui, l'administration d'Etat a réparti ses compétences vers les collectivités locales pour tout ce qui est positif, tout ce qui est construction, et se borne désormais à appliquer des règles et quand on passe sa vie à appliquer des règles, il y a une certaine déformation qui se produit, et cette déformation là a, hélas, des conséquences majeures !

C'est d'ailleurs assez paradoxal, car à contrario, je vois l'administration des finances, en France, qui connaît plutôt une évolution positive, parce qu'il y a une prise de conscience des besoins de l'économie. Malheureusement, pour les autres administrations, notamment celle chargée de l'équipement, de l'environnement et donc de la mer, cette évolution n'est pas de mise qui représente aujourd'hui une pénalisation majeure pour les activités de la plaisance".

Partager cet article

Commenter cet article