ActuNautique.com

9000 euros pour mettre fin au contentieux Costa Concordia

C’est ce qu’ont accepté plus de la moitié des naufragés français (235 sur 456). Selon l’avocat français du collectif, Maître Bertrand Courtois, la compagnie est entrée dans une « logique de solution apaisée » (AFP). Cette indemnité versée le 4 mai ne prive pas ses bénéficiaires de la possibilité d’un recours devant les tribunaux, contrairement à celle de 11 000 déjà versée à 180 familles contre la renonciation à toute action en justice. Tous les naufragés peuvent encore l’accepter jusqu’à fin novembre 2012.

 

Par ailleurs, un collectif de 200 personnes (dont 20 français) réclament 125 000 euros par passager à la société mère Carnival, et quatorze personnes ayant engagé une action devant le TGI de Nanterre ont vu leur référé renvoyé aujourd’hui par le Tribunal au 20 juin prochain. Ils réclament une expertise psychologique et une provision de 50 000 euros chacun. Ces victimes, qui n'ont pas subi de dommage corporel lors de l'accident, souffrent d'un sérieux stress post-traumatique, selon leur avocate Me Laurie Franchitto.

 

Corriere Della Sera

 

"Certains ont essayé de reprendre le travail mais n'y sont pas parvenus", expliquait-elle lundi à l'AFP. "Des enfants font des cauchemars. L'un de mes clients n'arrive pas à dormir plus de quatre heures la nuit."

 

 La catastrophe devant les côtes de Toscane avait fait 32 morts parmi les 4 229 personnes (3 200 touristes et un millier de membres d’équipage) que transportait le Costa Concordia.

 

Partager cet article

Commenter cet article