ActuNautique.com

Un nouveau navire câblier pour France Telecom pour compenser la perte du Chamarel

 

Pierre-de-Fermat-navire-cablier-France-Telecom-remplace-Cha.JPG

 

France Télécom Marine vient de présenter son tout nouveau navire câblier, le Pierre de Fermat, et annonce se diversifier dans les énergies renouvelables.

 

Perdu l'été dernier suite à un incendie survenu au large de la Namibie, le Chamarel (lire l'article : le Chamarel ravagé par un incendie) sera donc remplacé au sein de la flotte de navires câbliers de France Telecom par le Pierre de Fermat.

 

Ce nouveau câblier a été dévoilé lors du salon Suboptic, une occasion pour la filiale de l'opérateur français spécialisée dans la pose et la maintenance de câbles sous-marins pour le secteur des télécommunications, d'annoncer qu'elle étendait ses activités au domaine des énergies renouvelables.

 

Mis en service à l’été 2014, le Pierre de Fermat se présente comme un navire câblier polyvalent, à la pointe de l’innovation et de la technologie, conçu pour prendre en charge les opérations de pose et de réparation de tous types de câbles, qu’il s’agisse de câbles sous-marins de télécommunications ou de câbles d’énergie.

 

Grâce au design innovant de la coque, de sa motorisation et de sa propulsion, le ratio puissance / consommation de fuel serait optimisé. Le robot sous-marin, ou ROV – Remotly Operated Vehicle – et la charrue embarqués sur ce navire permettent de réaliser toutes les étapes de l’installation, depuis l’inspection préalable des fonds – le « survey » – jusqu’à l’ensouillage du câble – son enfouissement dans une tranchée. Ces engins sont conçus, fabriqués et opérés par France Télécom Marine au travers de sa filiale SIMEC.

 

La dimension environnementale a été intégrée dès la phase de conception du navire : design hydrodynamique de la coque, traitement des eaux de ballast pour protéger les écosystèmes marins, peinture antisalissure sans biocides.

 

France Télécom Marine a confié la construction du navire au chantier norvégien VARD (Fincantieri, ex-STX OSV), l’un des leaders mondiaux du secteur, la coque étant fabriquée en Roumanie puis armée en Norvège.

 

Dès sa mise en service, prévue à l’été 2014, le navire prendra en charge la maintenance des câbles sous-marins dans la zone Atlantique et Europe du Nord. Il jouera également un rôle de premier plan pour le développement des activités de France Télécom Marine autour des énergies marines renouvelables, un axe désormais important dans la stratégie de la filiale.

 

Raynal Leconte, Président de France Télécom Marine, déclare sur ActuNautique.com : "Nous avons déjà acquis de premières expériences dans la pose de câbles pour les énergies marines renouvelables pour la création du premier site français d’essais en mer de récupération de l’énergie des vagues, aussi appelée énergie houlomotrice, le SEM REV, au large du Croisic en BretagneNous anticipons le développement de ces plates-formes en mer grâce à un navire ultra-moderne et polyvalent qui nous permettra de diversifier nos activités, en complément de nos missions traditionnelles".

 

Fiche techniques ActuNautique.com du Pierre de Fermat : 

  • longueur, hors tout 100,1 m
  • largeur 21.5 m
  • tirant d’eau maximum 7,1 m
  • vitesse maximum 15,5 knts
  • puissance de traction 80 T
  • moteurs principaux 4 x 2250 kWe + 1 x 715 kWe
  • hébergement 80 pers.
  • port en lourd 4 000 T
  • chargement de câbles 2 300 T
  • classe Bureau Veritas ICE-IC AUT-IMS DP2

 

Partager cet article

Commenter cet article