Yachting Art Magazine

Quelle météo pour les 36 premières heures de la Transat Jacques Vabre ?

Le dernier briefing météo a eu lieu hier matin : les 74 skippers ont donc appris à quelle sauce ils allaient être mangés dans les premières 36 heures de course : un bon flux de nord-ouest pour le départ, une dorsale comme transition au petit matin, puis l’approche d’un front froid plutôt musclé. Un menu tonique, tactique, varié… et propice à une traversée express !

Quelle météo pour les 36 premières heures de la Transat Jacques Vabre ?

Lumière et gros clapot pour le départ 

Le vent de nord-ouest de 15 à 20 nœuds sera assez instable et promet en effet un départ au près. La direction de course a logiquement retenu le scénario d’une ligne mouillée dans le Nord du chenal pour laisser le plus d’espace possible aux bateaux. Le bord de 15 milles vers les bouées d’Antifer et France 3 à Etretat nécessitera sans doute quelques recalages.

La Manche : rapide et sous tension

Le vent devrait forcir dans l’après-midi et la soirée en tournant à droite et le rythme va clairement s’accélérer dès que les bateaux mettront cap à l’ouest vers le Cotentin. Le courant sera alors favorable pour ces premières heures de course, mais seuls les Ultimes et quelques Multi50 devraient passer Barfleur avant la renverse de 18 heures.

Au petit matin, le vent va mollir petit à petit mais sur une mer rugueuse – 2 mètres de houle sont annoncées. Les routages les plus optimistes font atterrir les Ultimes à Ouessant vers 2 heures du matin ! A suivre les Multi50 en milieu de nuit et les Imoca au petit matin. Quant aux Class40 ils devraient rester en Manche jusqu’à l’aube de mardi.

Matinée de lundi : une petite pause inconfortable

Le gradient de pression diminue et c’est une petite dorsale qu’il faudra traverser lundi matin pour s’extraire de la Manche. Les vents erratiques dans un résidu de houle pendant quelques heures ne seront pas propices à un petit déjeuner continental ! En milieu de journée, lorsque les Class40 rencontreront cette dorsale, le gros des troupes devrait se trouver au large de l’île de Batz.

En tête de course dans la matinée, tout s’enchaîne assez vite avec le nouveau vent de Sud-Ouest en avant du front à 25 à 30 nœuds. Pas de répit donc, beaucoup de changements de voilure sans doute et une trajectoire à caler.

Au front

D’Ouessant, les Ultimes devraient parcourir quelques 200 milles vers l’ouest, avant de toucher le front. Lorsqu’il arrivera sur la pointe Bretagne mardi matin, il concernera alors les Class 40. Les conditions prévues sont dures : « 30 nœuds moyen, rafales à 50 et mer forte à très forte » prévenait Richard Silvani de Météo France au briefing départ. Cette situation, certes classique pour Novembre était de toutes les discussions hier matin.

Pour le Havrais Charlie Dalin, Figariste émérite et concurrent de la Transat Jacques Vabre 2015 (avec Yann Eliès), « la physionomie du front a évolué depuis hier sur les fichiers. Il semble assez large avec sans doute des zones de molles au milieu. Ca ne passera pas d’un coup, il faudra pas mal manœuvrer et la mer est plus forte que prévu sur l’arrière du phénomène »

Partager cet article