Yachting Art Magazine

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

Pointes, gardes, traversières, comment amarrer puis régler proprement les amarres de son bateau le long d’un quai ?

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

Le choix des aussières

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

On s'amarre avec des aussières. Ces cordages sont composés de trois ensembles de fibres, les torons. L’ensemble formé doit être élastique et résistant. Deux caractéristiques du polypropylène fréquemment utilisé en plaisance.

Quatre aussières, dont au moins deux longues, (deux longueurs de bateau) devraient se trouver à bord de chaque bateau de plaisance.

Principes généraux d’amarrage

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

Préparation des aussières


Lors de la préparation, elles sont frappées à bord sur un taquet, puis passées sous les filières et balcons afin de pouvoir servir dès l’accostage.


● Protéger le bateau
Positionner les défenses en fonction de la hauteur d’eau actuelle, mais aussi de celle à venir (marées).
● Larguer depuis le bateau
Il faut parfois pouvoir quitter très vite un quai ou se déplacer en urgence. Pour cette raison, ils est fortement recommandé, lors de la préparation de la manœuvre de départ, de passer les amarres en double sur le quai pour les frapper à bord. Certains mettent en œuvre dans tous les cas cette précaution qui interdit
également aux plaisantins de larguer depuis le quai...
● Conserver des amarres claires
A bord, les amarres se conservent lovées afin de les tenir prêtes à l'usage sans risque de sac de nœuds.
Sur le quai, toujours prendre garde au cheminement des amarres afin de rendre possible un largage depuis le bord.
● Garder à l’esprit les ordres de grandeurs physiques
Une vedette habitable ou un voilier de croisière atteindront souvent les 10
tonnes à pleine charge. Hors de question de retenir une telle masse à la
manière de la laisse tenue en mains par le maître d’un chien !
● Raidir les amarres pour réduire le ragage
Des amarres raidies limitent le mouvement du bateau immobilisé et le ragage
des aussières utilisées.


S’amarrer le long d’un quai

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

Il s’agit ici de limiter le jeu latéral du bateau contre le quai. Impossible de
l’immobiliser intégralement !


Si vous avez beaucoup de place sur le quai
Les amarres de pointes (avant et arrière) sont à frapper le plus en avant ou en
arrière possible sur le quai pour offrir la meilleure efficacité possible en traction.
Les pointes règlent la distance du bateau avec le quai.


Si vous avez moins de place.
On remplace alors les amarres de pointes par des gardes et des traversières.
Les gardes empêchent le bateau d’avancer et de reculer. Les traversières le
maintiennent contre le quai.


● L’amarre arrière est portée en avant, tournée sur le quai puis ramené à bord,
en double, c’est la garde (montante) arrière.


● L’amarre avant est portée en arrière, tournée sur le quai puis ramenée à bord,
c’est la garde (descendante) avant.


● Pour garder le bateau bien parallèle au quai, on lui adjoint des “traversières”.


La traversière arrière qui relie l’arrière au quai, là ou la garde avant est
tournée.
La traversière avant qui relie l’avant au quai, là ou la garde arrière est
tournée.


Si le port souffre du ressac, pointes et gardes doivent être raidies et les traversière
laissées simplement tendues.
En l’absence de ressac, on peut remplacer les traversières par une amarre
d’embelle, unique, prise au milieu du bateau côté quai.


Prise en compte du marnage


La technique de base consiste à s’amarrer au moyen de pointes avant et arrières
assez longues.
Si on reste à bord, on jouera sur les longueurs des pointes et des traversières.
Si on quitte le bord, on installera une “cravate”, une amarre frappée en double sur un
point fixe correspondant au pied de mât ou à un hauban et coulissant autour de ce
dernier.
Les pointes sont laissées longues et la cravate coulisse autour du mât.
Le rôle de la cravate consiste à faire pencher légèrement le bateau côté quai.
A défaut de cravate ou si le point fixe du quai semble trop éloigné, on peut aussi
utiliser une drisse frappée sur le quai.
Suivant les cas, on peut inverser le système de la cravate en s'arrimant autour d’une
échelle, par exemple, puis en frappant la cravate sur un taquet du bord.

Manœuvres : bien amarrer son bateau et régler ses amarres

La réalisation d’un bon amarrage et la prise en compte correcte du marnage
permettent d’éviter les situations délicates comme celle du malheureux open
de l’image d’en tếte de cet article, prise cet été en août à Saint-Suliac...

Partager cet article