Yachting Art Magazine

Manœuvres en bateau : Porter des amarres à terre

Très utilisée dans les zones très fréquentées la manœuvre consistant à porter des amarres, par l’arrière, à terre permet d’immobiliser le bateau en supprimant son évitage. Comment la réussir ?

Manœuvres  en bateau : Porter des amarres à terre

L’évitage et le rayon d’évitage

Lorsque l’on passe un moment à l’ancre, le bateau se déplace pour se placer face au vent. C’est l’évitage. Il va se déplacer dans un cercle dont le rayon atteindra, au maximum, la longueur de chaîne ou de câblot mouillée. En pratique, le bateau se déplace d’un rayon correspondant à la longueur de mouillage ne reposant pas au fond, c’est le rayon d’évitage. Chaque bateau évite à sa manière, selon son fardage, sa carène et son mouillage.

Porter des amarres à terre

Manœuvres  en bateau : Porter des amarres à terre

Porter des amarres à terre limite volontairement l’évitage du bateau. Mais attention, un bateau qui ne peut plus éviter tire sur son mouillage et ses amarres avec le risque de le/les rompre. Par mauvais temps, il faut toujours laisser son bateau éviter.

Pour cette raison, il est prudent de toujours surveiller ou demeurer à bord d’un bateau amarré par l’arrière à terre.

Il est prudent d’amarrer le bateau à terre par deux amarres arrières, c’est l’amarre au vent qui travaille. En présence d’une seule amarre, si le vent tourne, l’amarre au vent peut se retrouver sous le vent et le bateau se mettre à déraper sur son mouillage.

Quand porter des amarres à terre

Quand c’est obligatoire
Certains avant-ports offrent à la location des bouées aux plaisanciers installées de façon si serrées qu’il est indispensable de porter des amarres à terre pour éviter les collisions entre voisins. C’est le cas du port de Hvar en Croatie, ou, pour couronner le tout, un filet d’interdiction court à une encablure des coffres.

A Hvar en Croatie

A Hvar en Croatie

Quand c’est très serré

Les Marseillais connaissent bien les techniques d’amarrage dans les calanques. Profondes et serrées, offrant un chenal central, souvent surpeuplées, les calanques sont équipées d’anneaux arrimés sur les roches et destinés à recevoir des amarres.

A Sormiou

A Sormiou

Quand c’est surpeuplé
Certains mouillages sont tellement populaires en été, comme la calanque de Port Man à Port-Cros que les bateaux se heurtent parfois au mouillage la nuit.

Pour éviter ce désagrément, et si la nuit est calme, porter des amarres à terre permet d’immobiliser son bateau mais ne protège pas des autres !

La calanque de Port Man à Port-Cros

La calanque de Port Man à Port-Cros

Pour tenir en place dans un espace réduit
Par beau temps, porter une ou deux amarres à terre permet d’orienter le bateau dans un mouillage ne permettant que très peu d’évitage.

Quel type d’amarre porter à terre ?

Les amarres flottantes sont plus faciles à manipuler par un “baigneur” tandis que les amarres plongeantes présentent moins de risques pour l'hélice en cas de manœuvre de dégagement.

Pour frapper l’amarre à terre, il est préférable de la passer en double, en fin de manœuvre afin de pouvoir larguer du bord en cas de départ urgent.

Si ce n’est pas possible compte tenu des distances, effectuer un tour mort et deux demi-clés de préférence à un nœud de chaise. Ce dernier est impossible à larguer sous tension !

Porter une amarre à terre en mouillant sur ancre

L’intérêt de cette manœuvre consiste à mouiller plus ou moins vent arrière. La principale difficulté, lors d’un mouillage se situe dans l’important rayon d’évitage dont souffrent les bateaux à l’ancre. Entre le début et la fin de l’amarrage arrière à terre, le bateau peut se déplacer de plusieurs dizaines de mètres, rendant la mission de l'envoyé spécial à terre” délicate ! Il y a deux manières de faire : frapper l’amarre puis mouiller le bateau et l’inverse.

Frapper d’abord l’amarre à terre
Cette méthode nécessite une bonne connaissance de son bateau car elle va consister à mouiller en reculant, vent arrière. Elle présente l’avantage, quand elle est bien exécutée, de ne pas haler le bateau sur son ancre.

  • Mettre l’annexe à l’eau, avec un équipier et une aussière de bonne longueur (ou un assemblage de plusieurs aussières par ders nœuds de chaise).
  • L’équipier frappe l'amarre sur un tronc d’arbre ou autour d’un rocher puis laisse cette dernière dériver avec lui, en conservant l’extrémité avec lui dans l’annexe, sous le vent, vers le bateau.
  • Le bateau va lui, mouiller vent arrière. Si le vent prend le bateau par son ¾ arrière, l’ancre ne tiendra pas longtemps.
  • Effectuer la manœuvre de mouillage, vent arrière et marche arrière, de façon à finir à proximité de l’annexe qui tient toujours l’extrémité de la première aussière de terre.
  • Récupérer et frapper cette aussière sur le taquet arrière au vent. Ajuster ensuite les longueurs de chaîne et d’aussière.
  • Passer, en annexe, une seconde amarre (sous le vent) à terre.

Mouiller puis frapper une des amarres à terre
Dans ce cas, à la fin de la manœuvre de mouillage, on met à l’eau, au point mort, un “plongeur de bord” muni d’un masque et tuba et de bottillons de plongée, chargé de tracer la première amarre arrière et de la frapper à terre.

  • Préparer la première amarre arrière frappée à un taquet arrière et passée au chaumard puis sous le balcon.
  • Réaliser la manœuvre de mouillage en reculant.
  • Passer au point mort
  • Mettre le “plongeur de bord” à l’eau
  • Au besoin enclencher la marche arrière lente en prenant garde à ne pas se prendre dans l’aussière arrière
  • Une fois la première aussière arrière amarrée à terre, reprendre le mou de cette dernière, la frapper à l’arrière au vent et régler la longueur du mouillage.
  • Renvoyer le plongeur avec une seconde aussière, à frapper sous le vent cette fois-ci.

Porter une amarre à terre en mouillant sur corps-mort

Dans ce cas, une fois le bateau amarré au corps mort, ce dernier limite son rayon d’évitage. Un court trajet en annexe ou à la nage permettra de s’amarrer par l’arrière. Il faudra prévoir une longueur d’amarres assez importante quand le vent souffle de la côte. Une fois l’amarrage réalisé, on fera manuellement éviter le bateau autour de l’axe du corps-mort jusqu’à le placer dans la position souhaitée.

On peut passer au winch l’extrémité de l’aussière rentrée à bord pour cette phase de halage assez physique !

NB. On évite de procéder ainsi en mouillant sur ancre afin d’éviter de faire riper l’ancre.

Trucs et astuces

  • Le rouleau de sangle - Installer un touret équipé de 50 m de sangle et d’un mousqueton permet de disposer d’une grande longueur d’amarre légère et résistante, toujours à poste.
Manœuvres  en bateau : Porter des amarres à terre
  • Le grappin - Certains utilisent un mouillage arrière léger, un grappin et son câblot, par exemple, destiné à être lancé “au petit bonheur” par l’arrière dans les rochers en espérant qu’il croche…
  • S’il est exclu de pouvoir s’amarrer en double et qu’on est amené à quitter le mouillage précipitamment, amarrer un pare-battage sur l’extrémité de l‘amarre anciennement frappée à bord. Il sera possible de la récupérer en annexe.
  • Signaler ses amarres à terre - Une fois convenablement amarré, installer un pare-battage au milieu de chaque amarre arrière afin de signaler aux autres la présence de ces bouts sur votre arrière.

=> tous les articles d'ActuNautique sur les Manoeuvres en Bateau

Partager cet article