ActuNautique.com

Hausse des taux de la Fed - les conséquences pour les industries nautiques européennes

Hausse des taux de la Fed - les conséquences pour les industries nautiques européennes

Nautisme & Yachting - En relevant son taux directeur d'un quart de point, la Réserve Fédérale américaine a sonné la fin de l'argent facile.

Depuis 7 ans en effet, le taux directeur de la FED était à zéro, ce qui a permis à la banque centrale américaine d'inonder l'économie d'argent frais, selon la vieille technique de la planche à billets, permettant de soutenir à bouts de bras l'économie mondiale, avec des effets étonnants sur les pays émergents.

En mettant un terme à cette politique tout en suivant une démarche d'une grande prudence, la FED prend acte de la robustesse retrouvée de l'économie américaine qui avoisinera les 2.4% de croissance en 2016.

Cette décision impactera toute l'économie mondiale.

Mais quelles pourraient en être les conséquences pour les industries nautiques françaises ou européennes ?

A priori, le resserrement monétaire initié par les Etats-Unis ne devrait pas pénaliser la zone Euro, et pourrait même profiter aux exportateurs européens, par un raffermissement du dollar par rapport à l'euro.

Les industries nautiques hexagonales étant fortement exportatrices (75%), cette politique devrait leur donner un léger avantage de change, et améliorer leur compétitivité, partout où elles facturent en dollar.

La bonne santé américaine constitue de plus une bonne nouvelle pour les chantiers européens s'y étant implantés, en particulier le groupe français Bénéteau, qui a racheté l'américain Rec Boats il y a deux ans, et dont la marque Prestige y cartonne littéralement depuis plusieurs années, s'y étant imposée comme l'un des trois leaders de son segment. 

L'Allemand Bavaria, parti très tard sur ce marché, ne devrait bénéficier de ce dynamisme qu'à la marge, son offre moteur étant de fait peu adaptée au marché américain.

En 2016, une grande inconnue demeure pour les marchés émergents, qui pourraient être les grands perdants de ce resserrement du crédit, en mettant sous pression des devises déjà fragiles.

Ces derniers mois, le Brésil et la Russie n'ont pu éviter le plongeon total de leurs monnaies qu'au prix d'un fort relèvement de leurs taux directeurs.

Dans ce contexte, espérer exporter vers ces pays depuis l'Europe - nonobstant les barrières douanières - pourrait relever de la gageure. D'autant plus qu'un raffermissement du dollar devrait gonfler la dette de ces pays, tant publique que privée (celle des entreprises), faisant fortement augmenter le risque pays.

Décryptage - Exporter vers les Etats-Unis semble aujourd'hui la priorité absolue des industriels français et européens des industries nautiques. La remontée des taux de la FED constate la bonne santé de l'économie américaine - premier marché mondial du nautisme - et donnera un avantage de change notable aux industriels européens. Hors yachting - les grandes fortunes russes étant placées hors zone Rouble - le marché du nautisme dans les marchés émergents devrait être difficile dans les mois à venir, avec une exception pour la Chine, si tant est que le gouvernement chinois ne fragilise par ce marché au travers de sa politique dite "anti-corruption".

 

photo ActuNautique.com : vedette True North importé en France par la société Snip Yachting

ils font la Hune de l'actualité....

Bénéteau  Jeanneau  Mercury  Boston-Whaler  RM Fora Marine
AGL Marine  Targa  Bayliner  Quicksilver  Suzuki

Partager cet article

Commenter cet article