Yachting Art Magazine

Dossier pêche au Bar (3/6) - la réglementation relative à la pêche au Bar

Pourquoi diable existe-t-il deux zones différemment réglementées pour la pêche au Bar en Atlantique ? Pourquoi n’existe-t-il rien de tel en Méditerranée ? Qu’en est-il de la taille minimale des poissons à capturer ? Existe-t-il des réglementation locales ou municipales à prendre en considération ? Focus sur la réglementation de la pêche du roi des poissons, le Bar. 

La conservation des stocks halieutiques préside à l’établissement de la réglementation des pêches. C’est l'étude des comportements des espèces qui a conduit aux règles de pêche que nous connaissons. 

La frai du Bar

La frai du Bar

Le Frai du Bar

En Atlantique, pendant les mois d'octobre et de novembre, les poissons sexuellement matures entament une immuable migration qui « vide » la Mer du Nord et la zone est de la Manche à mesure que diminue la température de l'eau. Les Bars Atlantiques, une fois l’été terminé, quittent les côtes Françaises, Britanniques, Danoises, Allemandes, Hollandaises et Belges pour des eaux froides de l’ouest du Pays de Galles Britanniques.

Ils s’y concentrent en bancs immenses, en Janvier et Février, connus sous le nom de “grandes frayères”. Les températures de ces eaux Galloises enclenche le processus reproductif chez ces animaux.

Ils reviendront ensuite vers les côtes, au début du printemps, pour prendre de plus en plus de poids. C’est ainsi qu’on parvient aux “mois des gros”, que sont septembre et octobre, avant que ne recommence un nouveau cycle. Les bars sont particulièrement fragiles lors du frai d’hiver, quand la nourriture se fait assez rare et les poissons peu gras, leur pêche est alors interdite dans les zones de frai. 

La cartographie française (et européenne) vise à protéger les zones de grandes frayères atlantiques lors de cette période critique. 

Cette zone de protection, ou se trouvent les grandes frayères, c’est la zone verte de notre carte.

la reglementation relative a la peche au Bar - pêche de loisir

La zone verte, au nord du 48ème parallèle : Pêche interdite du 1er janvier au 29 février. Du 1er au 31 décembre, seule la pêche en no-kill est autorisée. Du 1er mars au 30 novembre le prélèvement de 2 bars par jour et par pêcheur de la taille réglementaire est autorisé. Les populations de bars ne fraient pas au sud du 48e parallèle, aussi le prélèvement, sous condition de taille, demeure autorisé toute l’année, c’est la zone violette. 

La zone violette, au sud du 48ème parallèle : Le prélèvement est possible dans une limite de 2 bars par jour de la taille réglementaire est autorisé, par pêcheur, tout au long de l’année. 
Attention, la limite administrative entre les zones violette et verte se situe au beau milieu de la plage de Mesperleuc dans le Finistère... 

En méditerranée, ces phénomènes de regroupement apparaissent plus tôt, courant décembre pour se poursuivre en janvier, ou le frai bat son plein.

Les lieux de frai se trouvent au large, dans des profondeurs s’étendant de 10 à 60 mètres. Les concentrations de poissons observées sur les zones de frai sont moins spectaculaires qu’en Atlantique, aussi n’existe-t-il pas de carte de zonage d’interdiction de prise pour le Loup de Méditerranée.

Malgré l'absence de réglementation de pêche en hiver, la survie et la reproduction de l’espèce implique de ne pas la pêcher. 

Quelle maille pour le Bar ?

Quelle maille pour le Bar ?

La taille réglementaire du Bar

L’arrêté du 6 Novembre 2012 a porté la taille réglementaire du bar à 42 cm en atlantique et en manche et 30 cm en méditerranée. Cette taille réglementaire, c’est la “Maille”. Cette dimension s’entend de “la pointe du museau à l'extrémité de la nageoire caudale”. Jusqu’à cette date, la maille Atlantique s’établissait à 36 cm, mais aucune femelle en âge de se reproduire n’avait jamais été prise. Cette maille conduisait à autoriser la pêche d’adultes non-matures, pêche dangereuse pour la pérennité de l’espèce. 

Enfin, quelle que soit la maille considérée, il paraît évident que l’on s’abstiendra de prélever une femelle pleine, quelle que soit la période de l’année. Pour ce faire, les pratiques pouvant conduire au “no-kill” sont recommandées. 

Les règles locales De nombreuses collectivités locales émettent des restrictions aux droits de pêche. Celles-ci sont à prendre en considération ! Certaines sont spécifiques aux espèces : 

  • Parc National des calanques de Marseille: 3 bars par personne et par jour, 20 par navire. 
  • Zone Banyuls-Cerbère : Loup minimum 40 cm et obligation au pêcheur de se déclarer. 

D’autres restreignent l’activité de pêche : 

  • Porquerolles : Zonage très précis d’interdiction et d’autorisation de la pêche. 
  • Martinique : Cantonnement de l’ilet à Ramiers 

Partager cet article