ActuNautique.com

Le manque de vent contrarie la tentative de record de l'Atlantique de SFS

le VOR70 SFS de Lionel Péan

le VOR70 SFS de Lionel Péan

Lionel Péan était parti avec son équipage de New York le 28 juillet dernier, à 12 heures et 27 minutes en direction du Cap Lizard pour une tentative de record de traversée de l'Atlantique qui aura capoté faute... de vent !

C'est le 6 août 2014, à 20 heures 28 minutes et 36 secondes que SFS a franchi la ligne virtuelle d'arrivée, et si le record n'a pas été accrochée, il n'en demeure pas mloins que cette tentative aura été une formidable aventure humaine pour tout l'équipage du VOR 70 !

La traversée de l’Atlantique Nord est une des plus belles courses océaniques au monde. Depuis novembre 2003, le record en monocoque appartient à Mari Cha IV, une goélette de 42 mètres, avec 6 jours, 17 heures et 52 minutes, soit une moyenne de 18,05 noeuds. "Lorsque nous avons établi notre programme 2014, il était évident pour moi d’aller tenter de chasser quelques beaux records comme celui-là, que j'avais tenté de battre en 1998, en 8 jours 23 heures avec Mari Cha IV, puis celui de Méditerranée", confie Lionel Péan, le skipper de SFS sur ActuNautique.com. 

=> autres articles sur Lionel Péan


Gérard Marichy, Directeur général du Groupe SFS, précise de son côté : "Le partenariat SFS - Villa Saxe Eiffel a été bâti pour tenter de battre ce record. La tentative de record a échoué ; ce fut néanmoins une belle aventure pour les deux Groupes amoureux de Voile et de bateaux d'exception ; un beau défi pour SFS et son équipage tout entier. Evidemment, nous sommes déçus de cette contreperformance... le manque de vent aura été notre seul handicap, mais qui commande à Eole ? L'équipage a été à la hauteur du défi ; nous l'en félicitons et l'en remercions ; l'Esprit d'équipe, si cher à Lionel et à nos deux Groupes, était bien là".

Les 12 marins reviennent donc sans le record, mais, après 9 jours 8 heures et 7 minutes en mer, même s'ils sont quelque peu déçus, la flamme est intacte et ils rapportent des souvenirs plein la tête : « La première nuit a été magique : étoiles filantes, voie lactée et beaux surfs. Le deuxième jour a été rythmé par des changements de voile. Le jour suivant, nous avons dû naviguer avec un léger zéphyr nous éloignant inexorablement du record tout en surveillant de près les possibles icebergs. » commente Lionel Péan.

=> autres articles sur SFS le VOR70 de Lionel Péan


Les jours 3, 4 et 5 auront été les plus lents. SFS est passé près du centre d'une dorsale anticyclonique, anticipée dès le départ mais plus calme que prévu... « Pendant ces trois jours, nous avons eu une alternance de vent de moins de 10 noeuds, de brouillard, d’arcs en ciel de brume superbes, de bruine et de belle mer bleue mais calme. » explique Lionel Péan. Le 7ème jour, une baleine a croisé la route de SFS, un autre monstre des mers dit-on ; un souvenir magnifique pour tous « On a eu de la chance, le même jour, on a croisé quelques dizaines de mètres avec une baleine, puis on a assisté à un ballet de dauphins et de globicéphales autour du bateau. » rapporte Olivier Gimmig.

Après une traversée de 3.409 milles à la moyenne de 15,2 noeuds, SFS accroche le 8ème temps de l’Atlantique Nord ; le 6ème après le retrait de Phocea et de Leopard pour cause de winchs motorisés. « Si le vent avait été de la partie, nous aurions sûrement joué le podium. Nous retenterons l’aventure, mais en attendant, nous allons dans l’ordre apprécier une bonne douche, des vêtements frais, un bon repas accompagné d’un très bon vin et enfin un lit bien sec et immobile. » conclut le skipper de SFS.

Avec un prochain défi à la clé, la Juris Cup qui aura lieu à Marseille du 18 au 21 septembre !


L'EQUIPAGE SFS TEAM & VILLA DE SAXE EIFFEL

Pour cette tentative de record de la traversée de l'Atlantique, les 12 membres d'équipage de SFS étaient : Hubert Wargny, Stanislas Wargny, Marc Chalumeau, Stanislas de Joussineau, Vincent Holley, Damien Zucconi, Antoine Barbizet, J. Marchand, Olivier Gimmig, Sébastien Audigane, François Duguet et Lionel Péan.

Un équipage né du partenariat initié par François Duguet et Lionel Péan, puis scellé pour la Volcano-Gaéta par les Dirigeants des Groupes Villa de Saxe Eiffel et SFS : « Des amoureux de la mer et de la voile, des adeptes de l'extrême, de bateaux hors du commun, purs et durs ; exigeants et intransigeants... comme eux ; ils étaient, nous étions faits pour nous rencontrer et nous entendre... le destin... the insignificance of fate and the unbearable lightness of being. » continue Gérard Marichy qui, reprenant Milan Kundera, ajoute : « Muss es sein ? Es muss sein... ».

Partager cet article

Commenter cet article