ActuNautique.com

Interview Bertrand de Broc - le Vendée Globe est un grand challenge humain et sportif

ActuNautique a rencontré Bertrand de Broc, dont le bateau, EDM Projet Votre Nom autour du Monde a terminé 9ème du dernier Vendée Globe. Il revient pour nous sur cette course exceptionnelle...

 

Bertrand de Broc, pourquoi cette participation au Vendée Globe ?

Bertand de Broc - Pourquoi un Vendée Globe ? Parce que c'est une course que je voulais finir ! J'avais déjà participé à 2 Vendée Globe et j'ai eu la chance de pouvoir repartir sur cette épreuve. Les choses de sont plutôt bien engagées. On a réussi à aller au bout et aujourd'hui, nous sommes à Paris ! 

Bertrand-de-Broc.JPG

Le plus difficile, n'était-ce finalement pas de trouver des sponsors au tout début de cette aventure ?

BdB - Le plus compliqué pour une course comme le Vendée Globe, c'est qu'il faut avoir envie d'y aller ! Ensuite, il faut pouvoir s'entourer de bonnes personnes... Il nous a fallu aller dhercher des conseils et puis en mettant toute notre énergie, nous sommes finalement parvenus à trouver des budgets. Au tout début, nous étions 6 personnes sur ce projet, bien plus nombreux par la suite, et je dois dire bravo à chacun ! Nous avons été très contents de pouvoir annoncer participer à ce Vendée Globe. Etre au départ était déjà un challenge : nous n'étions finalement que 20 alors qu'il y en avait 80 qui voulaient le faire... Ensuite, je suis parvenu à amener le bateau jusqu'au Sables d'Olonne...

Une participation au Vendée Globe, on comprend bien que c'est un travail d'équipe. Combien étiez vous dans votre équipe ?

BdB - Au début, 6 personnes puis à la fin une bonne quinzaine, notamment toute la semaine avant le départ, ou il faut préparer l'avitaillement, les vêtements. Il faut une grosse équipe et puis des gens qui ont envie d'aider parce que c'est un sacré travail ! Ce sont des grand moments, des moments importants pour moi. Ce travail d'équipe, c'est aussi important que de réussir à ramener le bateau, en solitaire. C'est un très beau travail d'équipe, pour chacun d'entre nous et pour nos partenaires, EDM Projets et tous les individuels qui nous ont financés ! 

Votre pire souvenir de ce Vendée Globe ?

BdB - Le départ, ce retour au port au bout de quelques heures, du fait d'un trou dans la coque. Et puis aussi de ne pas pouvoir réintégrer le peloton de la course par la suite. Ca, ça a été dur ! J'ai toujours été un jour, deux jours derrière tout le monde... C'est une course difficile, par élimination directe. Nous étions 20 au départ, 11 à l'arrivée. Un sacré challenge... Dans cette course, il faut savoir tout faire, naviguer bien sûr mais aussi faire de la voilerie, bricoler. Ce côté très polyvalent me plaît beaucoup sur le Vendée Globe. Etre navigateur et en même temps technicien, savoir doser son bateau, les efforts qu'o lui fait faire pour aller jusqu'au bout. 

Votre meilleur souvenir du Vendée Globe, en dehors de l'arrivée bien sûr !

BdB - Le passage du Cap Horn, assurément ! Même si ça a été un Cap Horn difficile avec un gros coup de vent, 45 noeuds ! Ca a été un soulagement de me dire que j'allais désormais profiter de conditions plus faciles pour la remontée vers les Sables, même si cette remontée est longue avec près de 7000 milles de course quand même ! 4 semaines de navigation, presque 5 semaines... Après, il y a eu le passage des Canaries, de Madère et des Açores. Je suis passé à 2 milles au large, avant de faire route directe vers les Sables d'Olonne !

Bertrand de Broc, vous le referez le Vendée Globe ?

BdB - Je ne crois pas pour l'instant, mais on dit toujours ça au début et puis ensuite... 

Quelle est votre actualité immédiate Bertrand de Broc ?

BdB - Nous cherchons des partenaires pour faire la Transat Jacques Vabre au mois de Novembre. C'est une course en double, c'est donc différent. On va remanier un peu le bateau, le rendre plus performant. Il est actuellement au chantier, en Bretagne, chez CDK, à Port la Forêt. Le bateau sera plus performant, nous allons aussi prendre plus de temps pour l'entraînement pour faire une belle course ! 

Partager cet article

Commenter cet article