ActuNautique.com

Editorial - Le coup de poignard de Ségolène Royal contre les industries nautiques

La filière nautique est à la peine en France actuellement, et seul l'export est signe de réconfort pour les constructeurs. La morosité est de mise pour les distributeurs et ports de plaisance, qui ne s'arrangera pas avec la dernière incongruité du gouverment, qui à fait passer hier soir à l'Assemblée Nationale, dans la précipitation la plus grande, un texte instituant une éco-taxe sur les bateaux de plaisance, sans étude d'impact préalable. 50 000 emplois sont mis en jeu, dans la plus grande insouciance...

Editorial - Le coup de poignard de Ségolène Royal contre les industries nautiques

La politique française portée par certains ministres, Ségolène Royal en tête, ressemble décidément à un théâtre de marionnettes, où la précipitation et le manque de professionnalisme rivalisent, au principe qu'il faut légiférer pour exister !

Sur un marché nautique français difficile, les chantiers hexagonaux ne peuvent plus désormais compter que sur l'export pour s'en sortir, et les chiffres des immatriculations ne sont pas franchement réjouissants depuis décembre, mettant à mal toute la filière de la distribution, des ports de plaisance et du tourisme nautique, soit 40 000 emplois !

Cette langueur qui détonne dans une Europe nautique pimpante et en plein redémarrage, il faut en trouver la source dans les incertitudes réglementaires et législatives qui pèsent sur le nautisme depuis le début du quinquennat actuel.

Car depuis l'arrivée au pouvoir de François Hollande, le nautisme rime dans les allées du pouvoir avec "activité de riches", feignant d'oublier que 80% des bateaux de plaisance français font moins de 8m de long et sont loin d'être neufs, que les grands yachts ont déserté nos côtes au profit de la Croatie, de la Grèce et de l'Italie, alors que la filière nautique emploie encore 50 000 personnes et exporte plus de 70% de sa production...

Tandis que le gouvernement italien a adopté toute une série de mesures qui ont dopé la filière nautique transalpine, le gouvernement français poursuit avec la bonhommie insouciante qui le caractérise, une stratégie diamétralement opposée, non par volonté idéologique, car son idéologie semble assez incertaine, mais par manque d'intérêt, d'écoute et de compétences...

L'an dernier, la rocambolesque affaire de taxe mouillage, portée par un potentat local qui avait vu dans cette taxe, un moyen aisé de renforcer son clan à l'aube des régionales, avait glacé d'effroi la profession, et heureusement pu être stoppée à temps. Il n'empêche qu'elle avait refroidi plus d'un candidat à l'achat d'un bateau, conduisant à repousser bon nombre d'acquisitions.

Cette année, le gouvernement récidive avec l'eco-taxe sur les bateaux de plaisance !

En France, gouverner, c'est décider sans prévoir !

Hier, dans la plus grande précipitation et sans aucune étude d'impact, l'Assemblée Nationale a donc voté la création d'une éco-taxe, selon le principe que désormais, en France, gouverner, c'est décider sans prévoir !!

Un vote que dénonce la filière nautique française, déplorant "l’inconséquence de la ministre de l’Ecologie à précipiter la mise en place d’une filière REP de déconstruction des bateaux de plaisance sans aucune étude d’impact sérieuse" et qui s'interrogent d'ailleurs "sur l’objectif poursuivi".

Alors que les acteurs économiques sont unanimes pour accompagner la filière de déconstruction des bateaux qu'ils ont eux même créé de toute pièce, il y a 10 ans déjà (!!), la ministre de l’Ecologie et son ministre délégué ont, pour les professionnels de la filière, et notamment la Fédération des Industries Nautiques, "une nouvelle fois fait comprendre aux sénateurs qu’ils souhaitaient imposer la publication de tous les textes relatifs à la mise en œuvre de cette filière (décret, cahier des charges, …) au 1er janvier 2017".

Passer en force, sans écouter les professionnels des Industries Nautiques

Depuis plusieurs mois, la Fédération des Industries Nautiques, représentant la filière nautique composée de 5000 entreprises, s’est engagée dans un travail avec les administrations et les élus pour développer de façon réaliste la filière de déconstruction des bateaux de plaisance.

Dans le cadre de l’examen de la proposition de loi sur l’économie bleue, des amendements ont été déposés par des parlementaires de la majorité et de l’opposition. Leur objectif consistait simplement à repousser au 1er janvier 2018 la mise en place de cette filière REP de façon à permettre aux administrations de conduire une réelle étude d’impact et à permettre au secteur de s’organiser sans précipitation.

Soutenus par la commission du développement durable de l’Assemblée Nationale en février, portés par le rapporteur du Sénat le 24 mars, ces amendements n’ont pourtant pas trouvé d’écho favorable au gouvernement. Battu par une forte majorité sénatoriale hier soir, il est fort à craindre que le Ministre délégué à la mer fasse retirer ces dispositions lors de la prochaine commission mixte paritaire.

Un an de moratoire, est-ce trop pour Ségolène Royal ?

Cette situation est d’autant plus incompréhensible, qu’il y a quelques semaines, les 21 membres de la Confédération du Nautisme et de la Plaisance, réunis en Assemblée Générale, demandaient solennellement au Premier ministre d’écouter la voix des acteurs de l’économie bleue (entreprises, associations, fédérations sportives, ports de plaisance) et des élus de la République en vue du débat au Sénat au mois de mars.

Aujourd’hui, l'ensemble des acteurs économiques, associatifs et politiques de la plaisance et du nautisme réclament une année supplémentaire afin d’élaborer un modèle économique cohérent et réaliste au regard des enjeux de la filière et des intérêts des entreprises Françaises.

Force est de constater que ces appels demeurent vains.

L'attitude de déni de la Ministre de l'écologie laisse donc à suggérer que derrière un calendrier irréaliste, se cacherait en fait une simple posture purement politicienne : faire figurer cette réforme a son bilan avant les élections de 2017. 

Ou comment être prêt à sacrifier une filière industrielle à l'aune de simples ambitions politiciennes...

=> Taxe mouillage, les 4 contre-vérités
du député Giacobbi

Partager cet article

Commenter cet article

TJ 05/04/2016 22:41

A aucun moment dans votre article vous n'expliquez en quoi tout cela pose problème ? 2017 ou 2018... et toute une filière serait menacée !?

aymeric 05/04/2016 09:57

efae

Jez 30/03/2016 10:35

Le socialisme se déguste à loisir...le plus drôle c'est que c'est justement les gens qui votent pour qui sont lesz plus durement touchés par les conséquences de cette maladie mentale.

Pedro 29/03/2016 01:07

Les mecs se paient un bateau en délocalisant leur boîte et invoquent la lutte contre le chômage pour ne pas subir une petite taxe pour contribuer à la sauvegarde d'un environnement qu'ils pourrissent à longueur de temps par plaisir...

Jez 30/03/2016 10:37

C'est vrai, tous les propriétaires sont dirigeants de sociétés délocalisés avec des moyens infinis. Tu as peur que les moyens viennent à manquer pour que tu ne puisses plus vivre ta vie d'assisté oisif?

Marine Lapine 28/03/2016 18:38

Ceux qui continuent de voter pour les mêmes qui nous ont foutus dedans depuis 40 ans méritent ce que ces incapables font de la France et n'ont pas à se plaindre. Seul le FN prend en compte les interêt des Français. Je suis marin, j'ai un vieil Arpège et ça fait déjà pas mal de temps que je soutiens ce parti qui n'a rien à voir avec "l'extrême-droite", terme injurieux dont les médias propagandistes nous rebattent les oreilles pour effrayer l'électeur.

Michel Merlin 27/03/2016 01:26

Ne mettez pas trop d'espoir dans 2017. Depuis longtemps chaque président est pire que le précédent et meilleur que... le suivant !
La meilleure preuve, l'énergie qu'ils mettent à nous empêcher de dire et même de penser « Tous pourris » !
Versailles, Sun 27 Mar 2016 01:26:00 +0100

Lang 25/03/2016 11:31

Ben dis donc il est temps que 2017 arrive car Sarko nous a bien vacciné mais Hollande nous envoie une piqûre de rappel!

Sam S 25/03/2016 08:59

Ségolène Royal est la reine des décisions à la con sans avoir fait faire une étude d'impact ! Elle est folle !!

LUCOTTE-LE VISAGE 24/03/2016 22:55

Déplorable!
L'économie souffre de ces politiciens.

bernot 24/03/2016 22:29

Cette femme est du nullité sans borne elle a déjà mis son département a genoux cote finance et se retrouve ministre tout cela pour le fric et la retraite

Olivier B 24/03/2016 21:22

Qui est étonné de l'amateurisme de ce gouvernement, ceux qui l'ont mis en place ?

Erick B 24/03/2016 21:13

La taxe mouillage défendue par Lebranchu .... (heureusement abandonnée )......
Maintenant l'écotaxe sur les bateaux de plaisance défendue par Royal....(Celle-ci votée )
Et les conneries continuent , et Hollande s'occupe deBenzema .... Ces gens deviennent dangereux pour notre pays

Philippe M 24/03/2016 21:05

Affolement de fin de règne!!! Plus facile de créer une taxe que de faire baisser le chômage!!! Bons à rien? Non, mauvais en tout!!!

Grosbob 24/03/2016 21:01

Elle a bien fait, notre littoral n'est pas un parking !

Jez 30/03/2016 10:40

C'est bien une remarque de petit envieux qui s'est jamais bougé le cul, en éspérant que les autres le fassent pour lui.

Ceriseille 25/03/2016 17:45

de toute façon, il n'y a plus de place dans les ports et de plus les bateaux ne bougent pas; très peu servent à la navigation et beaucoup sont les mobile-homes de la mer

24/03/2016 18:54

des lois ,des taxes ,et encore ,et encore !!!nous n'avons déja que peu de débouchés industriels qui emploient ,alors ,tout ce que fait ce gouvernement ,relève de decisions prisent à la va vite,avant de proposer une loi ,elle devrait réfléchir !!!! les portiques ne lui ont pas servi de leçon!!!quelle bétise

24/03/2016 18:54

des lois ,des taxes ,et encore ,et encore !!!nous n'avons déja que peu de débouchés industriels qui emploient ,alors ,tout ce que fait ce gouvernement ,relève de decisions prisent à la va vite,avant de proposer une loi ,elle devrait réfléchir !!!! les portiques ne lui ont pas servi de leçon!!!quelle bétise

24/03/2016 18:53

des lois ,des taxes ,et encore ,et encore !!!nous n'avons déja que peu de débouchés industriels qui emploient ,alors ,tout ce que fait ce gouvernement ,relève de decisions prisent à la va vite,avant de proposer une loi ,elle devrait réfléchir !!!! les portiques ne lui ont pas servi de leçon!!!quelle bétise

James B 24/03/2016 18:49

Il faut bien boucher le trou de 150 millions de dettes laissées en plant sur la région Poitou-Charentes

Eric G 24/03/2016 18:47

Décidément ce gouvernement ne comprend rien à rien.... ou comment tuer l'emploi en une leçon de Segoléne....

michel zarillo 24/03/2016 18:33

Après la demande d'interdiction du Nutella, les indemnités kilométriques pour les vélo, voici la taxe nautique. Mais comment va t elle l'appliquer? SÉGOLÈNE l'écologiste. Et bien madame l'écologie ce n'est pas de la politique, mais de l'action. Et c'est sans doute pour cela que les vrais écologiste ne veulent pas venir à votre gouvernement, je pense à Yann ArthuS Bertrand, et même Nicolas HULOT vous a quitté. Mme Royal qui n'a que le nom arrêtez (je vous en prie) votre Folklore pour être toujours à la une des médias afin que l'on ne vous oublie pas Car savez vous......C'EST BIENTOT LES PRESIDENTIELLES