ActuNautique.com

Sessa ou la quadrature du cercle, avec un nouveau 45 pieds à fly

Le chantier italien parvient à associer le design athlétique, l'agilité et la sportivité d'un open à l'espace et ergonomie d'un grand flyin bridge !

 

« Notre vocation ? Emprunter des voies jamais explorées » déclare Riccardo Radice en parlant de ce nouveau projet qui se veut synthèse de tous les besoins du marché et expression de l’internationalisation d’une marque qui s’adresse plus que jamais à un client cosmopolite, raffiné et connaisseur. 

 

Presque Open par ses formes et ses performances, encore Flying-bridge par sa distribution de l’espace, le SESSA FLY 45 représente un vrai tournant sur ce segment de marché. Plus que FLY SPORTIF, SESSA avance le concept d’OPEN EVOLUTIF pour son  FLY 45.

 

model137.jpg


Un yacht qui s’inscrit dans la tendance à concevoir des produits toujours plus hybrides - qu’il s’agisse d’automobile, de mode, ou d’architecture - et où confort et esthétique se rejoignent enfin. C’est exactement là que se situe le SESSA FLY 45 : à la parfaite intersection entre design et commodité, sportivité et praticité.

Rare sur le marché, ce 45 pieds pourra proposer à la fois deux ou trois grandes cabines, des salles de bain larges avec cabine-douche séparée, une cuisine spacieuse et ergonomique, un grand living lumineux et un FLY à vivre à 8-10 invités sans se bousculer ! La version deux cabines se présente avec une cuisine encore plus grande située sur le pont inférieur et toutefois très lumineuse.

 

« A la fois créer la tendance de son secteur et aller à la rencontre des aspirations du marché, tel est le défi obsessionnel qui guide chacun des nouveaux projets SESSA » précise Riccardo Radice, Vice-président et Directeur Style de SESSA MARINE. «Le FLY 45 fait partie de ces projets qui ont la magie de sembler simple et évident lorsque l’on voit le résultat : un bateau spacieux, lumineux et facile à vivre mais dont toutes les caractéristiques parfois antagonistes et difficiles à conjuguer en font l’extrême complexité ».

Toute la complexité du projet réside certes dans la nécessité de répondre aux attentes d’un nouveau client, non plus exclusivement méditerranéen mais à des modalités d’utilisation différentes telles que celles des Caraïbes ou du Moyen-Orient. Il s’agissait aussi et surtout d’intégrer ce nouveau produit dans un projet industriel où une seule et unique plate-forme puisse donner naissance à quatre modèles s’adressant à des publics différents :
Ceci, afin de piloter une stratégie industrielle centrée sur l’innovation et où les coûts de développement de nouveaux produits n’aient pas à peser sur le client final.

 

Sessa 45 Fly

Toute la politique de développement du chantier est basée sur l’objectif constant de proposer des produits apportant les solutions techniques présentes habituellement sur les plus grands yachts et ce afin d’améliorer fonctionnalité et vie à bord, là où habituellement les italiens ont parfois le défaut de privilégier uniquement le beau.

 

Dans la version 3 cabines, en décidant de porter la cuisine sur le pont supérieur au sein d’une zone parfaitement délimitée chromatiquement, SESSA  propose de libérer ainsi au niveau inférieur l’espace pour trois larges cabines où l’on peut se déplacer aisément et disposant chacune de leur armoire, ainsi que pour deux salles de bain avec douche séparée. Exceptionnel !


A l’arrière, SESSA innove avec les deux mats qui, non sans rappeler l’architecture des grands yachts, encadrent une « fenêtre extérieure » dotée d’un store en tissu perforé pour protéger aussi bien de l’air frais que de la curiosité des passants et diner à l’abri des regards indiscrets.


Sur un fly à la distribution vraiment exceptionnelle, on notera une grande table et son salon d’angle pour accueillir 10 personnes (soit plus d’invités que de convives participant à la croisière !), un meuble cuisine  qui sépare la zone conduite et l’espace détente, ainsi qu’une banquette à l’avant dont le dossier se rabat ingénieusement pour créer un vaste bain de soleil.

Partager cet article

Commenter cet article