ActuNautique.com

SNCM - la survie de l'entreprise se joue dans les jours à venir

sncm

 

C'est la teneur d'un courrier adressé par la direction de l'entreprise aux députés.

 

Sans surprise aucune, une fois les élections municipales passées, la réalité semble enfin rattraper la SNCM.

 

Après des mois d'aternoiements, d'annonces pour le moins surréalistes, comme l'acquisition de nouveaux bateaux voire une cession à un groupe norvégien malgré la couperet pesant sur l'entreprise relatif aux 440 millions d'aides indues à rembourser à l'Etat, la SNCM fait désormais face à ses inéluctables échéances.

 

Après l'échec de Veolia de reprendre le contrôle d'une filiale à la dérive, la cessation de paiements semble inévitable pour l'inénarable Société Nationale Corse Méditerranée.

 

Marc Dufour, président du directoire de la compagnie et Gérard Couturier, président de son conseil de surveillance, ont, dans un courrier adressé aux députés, indiqué que la survie de leur compagnie se jouait dans les jours à venir, précisant que l'effort de redressement ne devait pas être stoppé du fait des contentieux européens en cours.

 

En bref, ils indiquent que l'application dogmatique du jugement européen exigeant le remboursement, par la compagnie, de 440 millions d'euros d'aides indues, entrainerait son dépôt de bilan avec de lourdes conséquences sociales.

 

Faut-il s'en étonner aujourd'hui ? 

 

Dans le courrier adressé aux députés par les deux patrons, deux points semblent particulièrement choquants.

 

Tout d'abord, le fait d'associer le qualificatif de dogmatique à une décision de justice : le "système SNCM" serait-il au dessus de la loi ? La loi ne devrait-elle pas s'appliquer à la SNCM, justement parce qu'elle est la SNCM ? 

 

Ensuite, le chantage à l'emploi véhiculé par ce courrier. Appliquer la décision de justice aurait de lourdes conséquences sociales.

 

Certes, et alors ???

 

Est-ce au contribuable de payer les salaires et écarts d'une structure par nature déficitaire ? 440 millions d'euros de subventions pour 2500 salariés, c'est 176 000 euros d'argent public par salarié de la SNCM !! 

 

Dans ce contexte, faut-il vraiment s'inquiéter d'une probable disparition de cette société ? 

 

Non, assurément, car la faillite de la SNCM telle qu'opérant aujourd'hui, entraînerait de facto, la création d'une nouvelle compagnie, dotée d'une flotte moderne, construite sur des bases plus sérieuses, avec des personnels motivés et une structure de coût dimensionnée à la réalité du marché.

 

Aujourd'hui, les deux patrons de la SNCM sont dans leur rôle, en envoyant leur courrier aux députés. Comme ils l'étaient en empêchant leur actionnaire majoritaire de reprendre le contrôle de sa filiale. 

 

Jusqu'à quand ? Telle est la question...

 

=> autres articles sur la SNCM
=> toute l'actualité maritime sur ActuNautique.com 

 

 

 

Partager cet article

Commenter cet article

Andrew Lawson 07/05/2014 20:04

vous etre tres curious en France en aidant de telles companies avec de l'argent public !!France faut une Maggy Thatcher pour tout mettre droit !!

Pierre Michel 07/05/2014 19:32

Enfin, un discours qui tranche et qui dit tout haut ce que toute la profession pense tout bas !! Et dire qu'à l'assemblée nationale, un député UMP, veut encore éponger les dettes de la SNCM par
peur d'un vote sanction aux européennes... La France vit dans le déni de la réalité et il va bien falloir qu'elle redescende sur terre. autant les députés que les employés de la SNCM d'ailleurs...

Marc Fradin 07/05/2014 10:47

Tout à fait d'accord avec cette note. Il faut que la SNCM dépose son bilan et qu'une nouvelle société privée reprenne l'activité de la SNCM avec du personnel travailleur, et professionnel, offrant
un bon service aux clients.
D'autre part, comment effectivement la communauté publique doit continuer de participer à la survie d'une entreprise qui a déjà coûté 400/2000 soit environ 2000€ par salarié ?
Arrétons le massacre !
Il me semble que CORSICA NAVY de par ailleurs donne un bon exemple à suivre pour cette future SNCM