ActuNautique.com

La marine allemande est-elle encore crédible ?

La marine allemande est-elle encore crédible ?

Le taux de disponibilité de ses matériels est tel, qu'elle ne peut désormais plus accomplir ses missions de base.

Si l'Allemagne est félicitée pour ses résultats économiques et son budget fédéral à l'équilibre, une première depuis 30 ans, ces prouesses de la chancelière Angela Merkel ont des conséquences directes sur l'état opérationnel de son armée, et notamment de sa marine.

Au sein d'une Europe ou les tensions géopolitiques sont de plus en plus fortes, où des pays comme la Pologne et les Pays Baltes craignent ouvertement pour leur souveraineté et où la Suède a lancé un plan de modernisation de son aviation et de sa marine, suite à la divulgation en mars 2013 d'un rapport de ses services de renseignement (Säpo) très inquiétant vis à vis de la Russie, l'Allemagne affiche une décontraction dans ce domaine, flirtant avec l'insouciance, voire l'indolence !

Le pays dépense en effet près de 20 milliards d'euros de moins par an que la France dans le domaine de la défense, ce qui explique déjà en partie le déficit français relatif.

Ce budget, rogné au fil des ans, a d'abord touché les programmes d'investissement, avant de s'en prendre à ceux d'entretien et de maintenance.

A telle enseigne que la marine fédérale, tout comme l'aviation ou l'armée de terrre, n'est aujourd'hui plus que l'ombre d'elle même !

Sur ses 4 sous-marin, un seul est ainsi opérationnel !

La suite n'en est pas moins surprenante : l'Allemagne ne peut ainsi compter que sur 2 de ses 5 corvettes K130, et 7 de ses 11 frégates !

Le ponpon revient à ses hélicoptères marine : seuls, 3 de ses vénérables 31 Sea King sont ainsi capables de prendre l'air et 4 de ses 22 Sea Lynx. Remontant aux années 80, ces hélicoptères sont victimes de fissures importantes...

La situation est telle que le Bundestag a été alerté sur le sujet, les forces armées fédérales n'étant plus en mesure d'assurer leurs missions courantes.

Une grande différence à la France, dont le taux de disponibilité de la marine s'est amélioré, et qui fait dire à certains députés que c'est finalement la France qui finance la défense de l'Europe.

Avec son déficit budgétaire...

Partager cet article

Commenter cet article