ActuNautique.com

La malédiction frappe de nouveau Vincent Riou sur PRB dans le Vendée Globe

Depuis le début de ce Vendée Globe, Vincent Riou impressionnait, tenant tête avec son Imoca 60 classique aux foilers de dernière génération. Un choc avec un ofni vient de le forcer à abandonner. La réédition du scénario noir de 2012. La déception est immense chez le vainqueur du Vendée Globe 2004.

La malédiction frappe de nouveau Vincent Riou sur PRB dans le Vendée Globe

Dimanche matin, le skipper de PRB heurtait un OFNI alors qu'il faisait route à vive allure dans le groupe de tête du Vendée Globe vers le Cap de Bonne Espérance, un choc différent et antérieur à celui d'hier qui avait relevé un safran.

Suite à ce choc, Vincent Riou n'a pas, dans un premier temps, détecté de dégât et a pu continuer normalement sa progression.

Ce n'est que trois heures plus tard que la quille s'est mise à entrer en résonnance et à émettre des bruits stridents et constants, témoins d'un effort anormal sur l'appendice. Ces bruits ont continué à s'amplifier dans la nuit de dimanche à lundi.

Compte tenu des conditions météo qui régnaient alors (25 à 30 nœuds avec des moyennes de vitesse aux alentours de 19-20 nœuds), Vincent n'a pas pu immédiatement aller vérifier le puits de quille mais a pu prévenir son équipe à terre. Le Team PRB ainsi que l'architecte du bateau (Guillaume Verdier) et le cabinet de calcul de structures HDS GSEA Design (Hervé Devaux et Denis Glehen) ont alors commencé à étudier toutes les hypothèses à partir des éléments connus (essentiellement le bruit émis par la quille).

Ce n'est que ce matin, évoluant dans des conditions plus calmes que Vincent a pu faire les vérifications nécessaires. Il s'est alors aperçu que l'axe de quille avait été abîmé dans le choc. Cette pièce en titane est un élément essentiel du bateau. Elle permet de lier la quille au monocoque par l'intermédiaire d'une rotule en plastique et c'est également cet axe qui permet la rotation de la quille.

Dans le choc, c'est la rotule en plastique qui s'est cassée entraînant un frottement permanent entre l'axe de quille et le support de la rotule. A terme, et alors qu'il reste encore l'océan Indien, l'océan Pacifique et toute la remontée de l'Atlantique à effectuer, cela signifie que l'intégrité du bateau est mise en péril voire même que la quille se désolidarise du 60'.

Une grande déception pour le vainqueur du Vendée Globe 2004

La déception est immense chez le vainqueur du Vendée Globe 2004. Celui qui avait vu son rêve brisé il y a quatre ans - quasiment jour pour jour !! - sur un même choc avec un OFNI avait quitté les Sables d'Olonne le 6 novembre avec l'envie de faire jeu égal en tête de flotte avec les nouveaux bateaux équipés de foils.

Un pari réussi puisque PRB n'a jamais quitté le groupe de tête. Longtemps au coude à coude avec Banque Populaire, Vincent a même occupé plusieurs fois la deuxième place et a réalisé une descente de l'Atlantique exceptionnelle avec son bateau à dérive. La performance, saluée par de nombreux observateurs, laissait tous les espoirs permis pour la suite de ce Tour du Monde.

Le skipper navigue actuellement dans des conditions maniables (14 nœuds de vent). Il est en lien avec son équipe technique pour décider du lieu où il pourrait dans un premier temps faire escale pour réparer son monocoque avant de faire route vers la France, probablement au Cap en Afrique du Sud.

La position de PRB (en orange), à 17h32, ce 22 novembre.

La position de PRB (en orange), à 17h32, ce 22 novembre.

Partager cet article

Commenter cet article