ActuNautique.com

Nautisme - Les chiffres étonnants sur la construction de bateaux de plaisance dans le monde

Le secteur de la construction de bateaux de plaisance est un secteur incontournable pour le développement industriel de territoires souvent littoraux. Un enjeu majeur, que les responsables politiques appréhendent malheureusement difficilement.

Nautisme - Les chiffres étonnants sur la construction de bateaux de plaisance dans le monde

Par leur capacité à développer des activités industrielles fortement exportatrices au sein de zones géographiques généralement côtières, les industries nautiques se révèlent être stratégiques pour un pays en matière économique.

A ce titre, L'Icomia, l'International Council of Marine Industry Associations, qui regroupe depuis sa création en 1966, 32 fédération nautiques nationales de par le monde (dont la Fédération des Industries Nautiques en France ou FIN), publie chaque année un recueil statistique particulièrement intéressant, sur le poids des Industries Nautiques dans le monde.

Les derniers chiffres sont sans ambiguité sur l'importance de la filière.

Ainsi, y apprend-on que près de 25 millions de bateaux de plaisance et yachts on été construits l'an dernier dans le monde, par près d'un million de salariés travaillant pour... 100 000 chantiers navals et sociétés industrielles !

In fine, ces 100 000 entreprises ont réalisé un chiffre d'affaires de près de... 40 milliards de dollars, dont près de la moitié réalisée... en Europe, la filière y employant 280 000 personnes !

Autant de chiffres étonnants, qui relativisent le désintérêt que certains politiques portent à la filière, mais des chiffres toutefois bien incomplets, car strictement cantonnés à la simple construction de bateaux de plaisance !

En France, la Fédération des Industries Nautiques (FIN) et la Confédération du Nautisme et de la Plaisance (CNP) travaillent de concert avec certains départements et régions, afin d'estimer au plus juste le poids économique de l'ensemble de la filière, en y ajoutant l'activité des ports de plaisance, des clubs nautiques et du tourisme induit par la filière.

Le cas du département Morbihan, a ainsi démontré que l'activité indirecte générée par la filière représentait plus de 70% de l'activité directe !

Un ratio qui n'est pas surprenant quand on pense à l'ensemble des activités dépendant peu ou prou du nautisme, mais qui a le mérite de mettre les points sur les i : le nautisme, c'est un loisir certes, mais c'est aussi une activité industrielle majeure, génératrices d'emplois qualifiés et d'exportations.

Qu'on se le dise... 

Partager cet article

Commenter cet article