ActuNautique.com

SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !

Le chantier Bavaria vient de présenter son fameux Bavaria E40, un trawler mixte maritimo-fluvial, dont la version Sedan lorgne clairement vers les eaux intérieures. ActuNautique vous en dévoile en exclusivité les toutes premières photos.

SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !
SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !

Avec le Bavaria E40, le chantier bavarois joue gros, qui souhaite opérer une montée en gamme sans précédent, et parvenir à gagner enfin une vraie taille critique dans le motonautisme, condition sine qua non pour se développer outre Atlantique, marché sur lequel il peine à s'implanter.

Pour ce faire, Bavaria a eu recours au cabinet néerlandais Vrijpak, plus connu pour ses activités dans le yachting que dans le nautisme, afin d'élaborer un modèle original à plus d'un point.

Plus fluvio que maritime ?

Décliné en 2 versions, avec Flybridge et Sedan, il adresse deux marchés fort différents, à savoir celui des navigations en mer, mais aussi - et sans doute surtout -  celui des navigations dans les eaux intérieures.

A n'en pas douter, ce modèle vise donc principalement les marchés néerlandais, allemand voire britannique, et son aménagement original semble le démontrer, avec sa cabine arrière propriétaire très vaste (pouvant être remplacée par 2 cabines pour les loueurs), et sa motorisation centrale... digne d'un Linssen ou d'un Aquanaut. D'ailleurs, à l'instar de ces deux références bataves, la motorisation de l'E40 ne joue ni sur la puissance, ni sur la vitesse !

L'éloge de la lenteur et du confort

Car c'est une autre originalité de ce modèle, le Bavaria E40 est un bateau assez lent, mais annoncé comme silencieux - un point à valider avec une motorisation sous le carré - et très économique.

Lent car le Bavaria E40 affiche des vitesses maximales échelonnées entre 9 et 13 noeuds, et des vitesses de croisière de 7 à 11 noeuds, pour des consommations en vitesse de croisière allant de 7 à... 43 litres par heure. Trois monomoteurs sont proposées pour ce faire : Volvo Penta D2 75cv, D3 150cv et D4 300 cv, ce qui semble suffisant pour une carène à déplacement qui poussera toujours un peu d'eau.

Entendons-nous bien : la lenteur n'est pas forcément un défaut, car le Bavaria E40 veut jouer sur le confort et l'économie d'utilisation, deux points séduisants mais qui par nature conduisent à faire des choix ! 

Très chère motorisation hybride...

Question innovation, Bavaria propose une motorisation hybride HTM 700 de l'italien Transfluid, semblable dans le princcipe à celle d'un Seaway, adaptable sur les D2 et D3, et c'est une bonne chose qu'un grand chantier plonge enfin. Seul hic, son prix : près de 59000 euros, soit l'équivalent de près de 40 000 litres de gasoil au prix du jour, et un supplément de prix de 30% par rapport à la version de base D2 facturée à 199 000 euros HT !

L'électricité est décidément très chère, sans faire de parallèle déplacé aux déboires des EPR français...

Mais revenons à nos moutons : ce type de motorisation est certes chèrement facturé, mais il est vrai qu'il offre un vrai confort acoustique, une réduction de consommation de 20% et peut s'avérer utile dans certains secteurs fluviaux banissant le recours aux moteurs thermiques. 

Le confort en exergue

Question confort, le Bavaria E40 souhaite se distinguer par une finition réhaussée, et des espaces à vivre agréables. Le modèle visité présentait ainsi un design intérieur moderne, un peu zen, et un carré dégagé dans lequel le petit poste de barre est positionné contre la baie vitrée arrière. Une position originale mais à laquelle on s'habitue, dont le principal défaut est toutefois de rendre impossible le recours à une carte marine papier traditionnelle, pourtant plébiscitée outre-Rhin.

D'un autre côté, la visibilité panoramique offerte depuis le carré de l'E40 est assez exceptionnelle, qui procure un grand confort visuel. 

Au niveau des cabines, ce modèle se situe dans les stands du marché, avec un bon point pour la hauteur sous barrot et la forme régulière des plafonds. Assurément un bateau à vivre.

Synthèse - Avec le E 40, Bavaria mise sur l'originalité pour se distinguer et cible principalement certains marchés d'Europe du Nord. Un modèle attachant, à bien des égards et qu'il ne faudra pas manquer sur les prochains salons d'automne.

SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !
SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !
SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !
SCOOP - Bavaria E40, idéal pour le fluvial... mais au prix fort !

Partager cet article

Commenter cet article