ActuNautique.com

SCOOP - Avec l'Amel 50, Amel lance son premier sloop depuis 20 ans

Il y a 20 ans, le chantier rochelais Amel produisait son dernier sloop, le Santorin, type de voilier qu'il a ensuite abandonné pour se concentrer sur les ketchs, dont 2 modèles sont à son catalogue, les Amel 55 et Amel 64. Une situation qui prendra fin en septembre, avec un retour aux sources matérialisé par le lancement d'un nouveau sloop de 50 pieds, l'Amel 50 ! 

SCOOP - Avec l'Amel 50, Amel lance son premier sloop depuis 20 ans
SCOOP - Avec l'Amel 50, Amel lance son premier sloop depuis 20 ans

C'est au prochain Yachting Festival de Cannes que l'Amel 50 sera dévoilé pour la toute première fois !

Avec ce voilier monocoque à un seul mât, long de 50 pieds (15 mètres), le chantier Amel souhaite clairement élargir sa clientèle vers des plaisanciers qui plébiscitent actuellement des modèles tels les Jeanneau Yachts, Wauquiez, Bénéteau Oceanis Yacht 62 et autre Dufour 63.

Avec des dimensions et un prix plus accessibles, l'Amel 50 sera donc une arme de conquête particulièrement stratégique pour le chantier rochelais qui produit une douzaine d'unités bon an mal an. 

Une unité de conquête certes, mais qui se veut aussi être un voilier performant, confortable et toujours imprégné de l'ADN Amel !

Conçu pour faire le tour du monde, l'Amel 50 sera plus simple à manoeuvrer que ses deux grand-frères, du fait de sa taille contenue, et sera aussi adapté à des programmes de navigation plus variés, notamment des navigations de courte durée comme pour les voyages en haute mer.

Un Sloop, pour compléter les Ketchs

Sans délaisser le concept des ketchs, si représentatifs du chantier, Amel fait avec cette unité le choix du sloop. Ce format n’est toutefois pas une nouveauté en soi, puisque de nombreux sloops sont sortis du chantier par le passé, le dernier, il y a 20 ans étant le Santorin.

Olivier Racoupeau, l'architecte de l'Amel 50 précise ainsi sur ActuNautique : "L'évolution des techniques embarquées, telles que la motorisation des enrouleurs, fait que la manœuvre d'un sloop de 50 pieds est aujourd'hui grandement facilitée et n'impose pas de conserver le gréement ketch sur cette taille de bateau".

Voulu aisé à prendre en main, l'Amel 50 se veut être un vrai Amel.

Parmi les outils qui facilitent la navigation, notons les enrouleurs de voiles et winches électriques, les commandes centralisées dans le cockpit ou la trinquette auto-vireuse. La sécurité de navigation est assurée quant à elle par la qualité et l’ingéniosité de la construction Amel : abri rigide, cockpit central profond et protégé, balcon en inox qui ceinture le pont.
 
Une carène repensée

Grande innovation à La Rochelle, le choix d’une étrave droite et puissante bouscule les habitudes du chantier. Tout en allongeant la flottaison pour favoriser les performances, elle donne plus de volume à la partie avant du bateau. L’ajout d’une delphinière permet à la fois d’éloigner l’ancre et la chaîne de l’étrave, mais aussi d’amurer une voile additionnelle comme un spi asymétrique ou un code O.

La poupe large et aplatie, avec un maître-bau qui s’étend jusqu’à l’arrière, offre une grande stabilité de forme et augmente le confort en mer. Cette caractéristique a impliqué le choix du bi-safran, une nouveauté chez Amel, qui permet au bateau de garder une grande manœuvrabilité sous voile. Le principe de sécurité est également conservé avec le dédoublement du safran et avec le positionnement des mèches de safran dans le coqueron arrière, totalement étanche.

Un Livet inversé

Un livet inversé : détail subtil mais important dans le dessin du bateau. Grâce à cette légère courbe convexe au niveau du maître-bau, une belle hauteur sous barrot est conservée, un point en plus pour la vie à bord ! Prolongé par la delphinière, le livet inversé affine également le profil de la superstructure.
 
Avec ce sloop de 50 pieds, l’accent est mis sur la capacité du chantier à casser les codes tout en s’inscrivant clairement dans la continuité. Si l’on peut déceler le savoir-faire AMEL dans les moindres détails, de nouveaux horizons sont également ouverts.
 
"Nous sommes tous des passionnés chez Amel, très attachés à l'histoire de notre chantier et toujours à la recherche de ce qui permettra de continuer à exprimer notre savoir-faire et de perpétrer l'esprit Amel"
, déclare Emmanuel Poujeade, directeur général du chantier.

Un cockpit central

Les cockpits centraux sont rares sur les sloops, qui sont une spécialité du suédois Hallberg-Rassy, compétiteur de toujours d'Amel. L’une des qualités du cockpit central est de garantir au propriétaire, grâce à son abri rigide et à sa profondeur, une grande protection pendant la navigation. Ce cockpit ouvert, aux angles ergonomiques, s'étend vers l’arrière par des bains de soleil qui augmentent l'espace de vie en extérieur.

3 cabines doubles

Le nouvel Amel permettra d’accueillir des couchages pour six personnes grâce à deux grandes cabines pourvues chacune d’un grand lit et d’une cabine avec deux couchettes superposées. Les rangements y sont annoncés nombreux, que ce soit sous les lits et les banquettes, sans oublier les penderies et équipets. La cuisine, positionnée en coursive à tribord, offre un espace de vie très généreux dans le carré, tout en conservant une ergonomie optimale. La table à carte se trouve à gauche de la descente et communique directement avec l'ensemble du carré.

SCOOP - Avec l'Amel 50, Amel lance son premier sloop depuis 20 ans
SCOOP - Avec l'Amel 50, Amel lance son premier sloop depuis 20 ans

Partager cet article

Commenter cet article