ActuNautique.com

Un paquebot de croisière émet autant de particules fines qu'un million de voitures

Un bateau de croisière peut émettre en une journée autant de particules fines qu'un million de voitures, d'après un reportage d'investigation diffusé sur la chaîne britannique Channel 4 pour l'émission Dispatches.

Un paquebot de croisière émet autant de particules fines qu'un million de voitures
Un paquebot de croisière émet autant de particules fines qu'un million de voitures

Les passagers de paquebots de croisière pensent souvent respirer un air marin et pur, mais ils inhalent en réalité une grande quantité de particules très fines. 

Autant de particules fines qu'un million de voitures

Le niveau de pollution sur le pont de certains bateaux est parfois même pire que celui des mégalopoles les plus polluées du monde. Les journalistes ont mené l'enquête sur des paquebots de la compagnie P&O Cruises, le plus grand opérateur de croisières en Grande-Bretagne. 

Les conclusions de ce reportage sont sans appel : un seul paquebot peut émettre autant de particules qu'un million de voitures. Des chiffres qui ne peuvent qu'inquiéter, quand on sait que les Britanniques sont aujourd'hui près de 2 millions à partir chaque année en croisière, pour plus de 615 000 Français. 

L'enquête démontre également que trente bateaux de croisières produisent autant de pollution que toutes les voitures en service au Royaume-Uni. 

Un air aussi pollué qu'à New-Delhi ou Shanghaï

A l'aide d'un outil de mesure de la pollution placé sur un navire pouvant transporter plus de 2000 passagers, les auteurs de l'enquête ont pu déterminer que le volume de particules fines sur le pont du bateau s'élevait à 84 000 par cm³. Pire, les mêmes mesures ont établi que le taux de particules fines atteignait les 144 000 par cm³ près des cheminées, avec un pic à 226 000 ! Un tel volume de particules fines constitue le double de celui du quartier de Piccadilly Circus, à Londres. 

« On pourrait relever de tels volumes dans les villes les plus polluées du monde comme Shanghaï ou New Delhi » s'alarme le docteur Matthew Loxham dans le reportage. « Une exposition de courte durée peut causer des problèmes respiratoires, notamment chez les personnes asthmatiques ou celles souffrant de maladies cardiovasculaires », prévient-il. Quant aux membres d'équipage, exposés régulièrement à ces particules, ils pourraient présenter des symptômes que « nous commençons juste à comprendre », termine le docteur Loxham.

Partager cet article

Commenter cet article

CRABOT 21/08/2017 18:53

A quand la super taxe sur les billets polluants comme toutes les taxes automobiles ? Que devient notre planète et quels sont les alternatives ? Electrique ? pourquoi ne pas revenir à la voile ?

Tristan 11/07/2017 18:49

Par pitié qu'on arrête de relayer de telles informations non sourcées, ce chiffre est totalement FAUX! Les navires marchands utilisent effectivement du Fioul lourd soufré très polluant, les émissions de SOx sont alors énormes mais il ne s'agit pas des particules dites "fines". De plus, il semble ahurissant de devoir préciser que les moteurs principaux au port sont stoppés! Pour ce qui est des groupes électrogènes, l'UE exige qu'en escale les navire passe du fioul lourd au gasoil justement pour limiter leurs émissions de soufre.
Comme il est dit dans un article de Science et vie (relayé par lemonde http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/10/23/emissions-de-co2-l-impasse-de-la-voiture-electrique_4795636_3234.html) "« les pneus, les freins et l’usure des routes émettent presque autant de microparticules que le diesel » (J'espère ne pas devoir également préciser que les paquebots n'ont pas de pneus...) imaginez maintenant 7000 gus faisant la même distance que ces paquebots mais en voiture...
Loin de moi l'envie de faire la promotion du tourisme de masse en boite de conserve mais accuser les paquebots de pourrir la qualité de l'air (en particulier à Marseille ces derniers temps) revient à se cacher derrière son petit doigt, si vous voulez un air pur, commencez déjà par enfourcher votre vélo et/ou prendre les transports en commun!

Fauter 13/07/2017 01:57

Je crois que tu n'as pas bien compris l'article. A aucun moment il n'est évoqué comme problème que ces particules fines atteignent les côtes et les personnes vivant sur les terres. Par contre elles atteignent le pont du bateau. Sur le pont il y a des passagers qui sont là une ou deux semaines par an, et des membres d’équipage qui sont là... plusieurs mois par an
Donc non tu n'as rien besoin de préciser, juste relire l'article.

Non franchement je comprends pas comment tu peux répondre autant à côté de la plaque... L'article évoque les 615000 français qui partent en croisière chaque année, pas les 70 millions de français vivant sur le territoire national. C'est quand même assez clair pourtant.